Le savoir-vivre Metal

On a beau dire ce qu'on veut : Dans le Metal le savoir-vivre ça compte quand même un peu
On a beau dire ce qu'on veut : Dans le Metal le savoir-vivre ça compte quand même un peu

Séance X : Pour un Metal immortel !


 

 

Dans le Metal comme partout il y a des choses à faire et d'autres non, de peur de passer pour un plouc ou simplement à côté de quelque chose.

 

Voici pour cette dernière séance nos conseils de savoir-vivre pour que le Metal vive éternellement. Du plus évident au plus accessoire, au-delà d'acheter Rock Hard.

 

1 - Tu iras une fois par an dans un concert dont tu ne connais pas le groupe


Car c’est ainsi qu’on fait de belle découvertes. Sur tous les concerts qu’on fait dans l’année, on peut dépenser 10€ d’entrée pour une petite salle qui laisse le champ libre à un groupe dont on ignore tout.


2 - Tu ne cracheras pas sur les détracteurs du Metal


Il y a encore de gens qui le sont, généralement un mois avant le Hellfest. Laisse-les donc parler, pendant ce temps-là, toi tu agis pour la cause en ne donnant pas l’image d’un gars haineux qui agresse ceux qui n’ont rien comprit. Rappelle-toi qu’ils n’attendent que ça pour attirer l’attention sur leur blog mal fichu.


3 - Tu achèteras un disque


Acheter un album (en dur, gravé sur un CD) est devenu un acte militant visant à soutenir un groupe activement. C’est dingue non ? Pourtant, essaie de le faire au moins une ou deux fois dans l’année, vilain pirate !


4 - Tu seras honnête avec les potes qui ont un groupe


Si les gars se défoncent à 3 répètes par semaine alors que le chanteur chante terriblement faux… Dis-leur.
Ok, ils ne vont pas forcément apprécier. Mais les laisser se crever à la tâche pour quelque chose qui ne donnera jamais rien n’est pas un service à leur rendre.


Par contre, si tu sens un réel potentiel, soutien-les à fond… Et dis-leur de nous contacter ;)


5 - Si tu as un orteil dans le milieu, tu seras humble


Parce que tu ne pèses pas. Tu écris des chroniques et des chroniqueurs, il y en a 3 dans chaque rame de métro qui passe près du POPB tous les matins. Ce sont les fans qui achètent leur place de concert et leur disque qui font vivre le Metal, pas toi. Alors soit discret et profite de la chance qui t’est offerte. D’ailleurs on préfère toujours le type simple et efficace à la rock star du clavier.


6 - Tu la joueras tranquille dans tes commentaires sur le net


D’une part parce que l’anonymat d’Internet est un rideau de fumée, d’autre part parce que ce que tu critiques violemment pour rien, ce sont des gens qui bossent et qui gagnent rarement bien leur vie avec ça. Si tu n’aimes pas ce qu’ils disent ou ce qu’ils font, clique ailleurs. Le Metal, avant toute chose on le soutien.


7 – Tu iras voir les groupes mythiques


Ça coute souvent (toujours !) cher, c’est vrai. Mais rassembler 90 000 métalleux au stade de France rappelle à tout le monde qu’on est là… Et qu’on représente !


8 – Tu soutiendras la scène hexagonale


Le Metal en France, ce n’est pas évident. Alors pour un groupe Français…  C’est carrément de la folie. C’est pour ça qu’il faut soutenir la scène hexagonale à fond ! D’autant plus qu’il y a des groupes qui en ont sacrément sous le pied et qui méritent le succès.


9 – Tu admettras que tu seras toujours « en dehors des clous »


Ça remonte à la surface de temps à autres, les métalleux veulent qu’on considère le Metal comme une musique « normale » aux yeux du grand public.

 

Il est temps que tu percutes : Ce ne sera jamais le cas.

 

C’est ce qui fait tout le charme de la musique compressée, elle est transgressive, refuse la norme et ne se pose pas de questions. D’ailleurs si le Metal était d’un coup intégré dans notre société comme la pop-rock, il est fort possible que tu sois le premier à hurler contre ce nivellement par le bas.


10 – Tu écouteras autre chose de temps en temps


Le Metal c’est comme manger un steak. Si on le fait à chaque repas on l’apprécie de moins en moins. On finit donc blasé, écrasant les autres de sa culture métallique tiède et sans passion. Un petit morceau de Rock de temps en temps redonne toute son épaisseur à la double grosse-caisse de Decapitated.


11 – Tu accueilleras la nouvelle génération… sans te laisser piétiner


La nouvelle génération d’aujourd’hui est l’ancienne de demain. Leur perception du Metal est différente, c’est vrai. Leur surconsommation d’albums MP3 doublée de ce comportement je-cite-wikipédia-dès-que-tu-parles-d’un-groupe-mais-je-ne-connais-qu’un-album en font des gamins un rien énervants, c’est vrai aussi. Mais c’est la relève, accueillons-la comme il se doit… C’est-à-dire avec du respect (mutuel).


12 – Tu pardonneras au groupe un album mauvais


Les accidents de parcours ça arrive. Plusieurs accidents de parcours, ça arrive aussi. La créativité est un grand mystère de l’Homme et n’est pas assurément au rendez-vous à chaque qu’on doit rentrer en studios. On juge la qualité d’un groupe sur l’ensemble de sa carrière et sur ce qu’il a apporté au Metal. Vu comme ça, Metallica c’est tout de même pas mal, non ?


13 – Celui qui ne fait rien sera moins exigeant que celui qui se bouge


Et celui qui se bouge sera moins exigeant que celui qui se défonce. C’est comme ça. Quand on ne sait pas dans quel sens se tient une guitare, on est moins dur envers un groupe que celui qui use les planches des scènes. Cela dit, dans tous les cas on a le droit de détester un album, évidemment.


14 – Tu te rappelleras que ce c’est ceux qui en parlent le moins qui en mangent le plus


Et le fan parle moins que le journaliste. A bon entendeur…


15 – Tu sauras qu’une bonne bière est une bière vide !


Ose contredire ça, vas-y.


16 – Tu feras un grand festival International une fois dans ta vie


Que ce soit en France ou ailleurs, car côtoyer 100 000 confrères chevelus en une seule fois, ça fait chaud au cœur et remonte le moral... en général.


17 – Tu ne seras pas réfractaire au changement


« On a peur du changement ». Si tu sais de quel film est extraite cette phrase, tu es un bon ! Quoi qu’il en soit le Metal bouge, évolue, se transforme… Et ce n’est pas toujours pour le pire. Alors ouvrons grand nos chakras pour apprécier les bonnes évolutions qui nous attendent dans les années à venir.


18 – Tu ne seras pas « trop » Metal


Le milieu n’a pas besoin d’une publicité ambulante pour Christine Boutin. Alors gardons notre calme et ne jouons pas aux métalleux de base. Il y en a déjà assez.


19 - Tu réaliseras que tu ne détiens pas le savoir absolu


Que tu n’écoutes que du Metal Extrême ou pas, il est important que cette vérité rentre dans ta petite tête : Tous les goûts sont dans la nature. Alors que ce soit trop « Evil » pour toi ou pas assez, ce n’est pas parce que tu n’aimes pas que ce n’est pas de la bonne musique. Et ce n’est pas parce que tu écoutes du Death Metal depuis 15 ans que ton opinion sur le reste a plus de poids que celle de n’importe qui. C’est « J’aime » ou « Jaime pas ». Le fameux « c’est de la merde » n’existe pas chez les métalleux éclairés.


20 – Tu feras la différence entre la mode passagère et l’évolution du style


Le Metal fonctionne par vague, comme tout mouvement culturel. Il est donc bon de savoir distinguer la mode passagère (le Nü Metal, le Dubstep) et la réelle lame de fond. Ce n’est pas nécessairement simple aux premiers abords, mais le temps te le dira.


21 – Si tu organises un concert, tu feras ça proprement


Il faut être dingue pour organiser un concert Metal en France avec (toujours) peu de moyens ! Alors si tu le fais te dégonfles pas en chemin et fais-le à fond :

 

  • Offre un accueil digne de ce nom aux groupes conviés, même s’ils ne sont pas connus et ne ramènent pas grand monde. Une réputation ne se forge pas qu'avec le public... Mais aussi avec les artistes.

  • De même pour le public qui te faire l’honneur de se déplacer alors qu'il y a d'autres concerts partout ailleurs. Un fléchage, un parking, un staff prêt à renseigner... avec le sourire.

  • Facebook n’étant pas le seul vecteur de communication efficace (loin de là !) dépense un peu d’argent dans de la com’ pour éviter un flop. Le flyage c'est à l'ancienne, mais ça marche.

  • Enfin, et même si certains considèrent que les médias sont des parasites (dans le Metal, ce n'est pas encore trop le cas), tu prendras le temps de les accréditer. Car même si tu les détestes et que ce ne sont pas eux qui font le Metal, ils sont utiles à ton concert… Et surtout au prochain que tu feras.

Si c’est moyen, peu importe ce que tu auras fait comme sacrifices, personne ne le prendra en compte. Alors sacrifie un peu plus encore pour que ce soit un succès !

 


22 – Tu ne diras plus que les CD sont trop chers…


…Car le prix est toujours le même depuis plus de 20 ans : 20€ en moyenne. Et si tu as 35 ans aujourd’hui tu as sûrement plus d’argent qu’à 15 ans. C’est juste que comme c’est gratuit sur Pirate Bay, t’as plus envie de dépenser cet argent dedans. C’était effectivement déjà trop cher à la base, mais ça n’a jamais augmenté… Contrairement à tout le reste. 


23 – Tu défendras le Metal, envers et contre tout


Car avec tout ce qu’il t’a donné, tu ne peux pas le renier face à ses détracteurs. Quelques arguments font toujours mouche. Le premier : C’est juste de la musique b*rdel !


24 – Tu garderas à l’esprit que le Metal, c’est toi


C’est le public qui fait le groupe, qui fait le concert bref, qui fait le Metal. Or le public c’est toi. Alors garde le bien à l’esprit : C’est toi qui décide de ce qui est Metal, de ce qui vaut la peine ou pas.

 

Tu as lu ces 10 séances de savoir-vivre Metal ? Voilà, ça y est tu fais partie des "Métalleux éclairés", ceux que M6 déteste ! Tu prends du recul sur la sphère Metal, sais faire la part des choses et offre au reste de la communauté ton engouement, ta culture, ta patience et ta reconnaissance pour ce qu'elle t'apporte.

 

Bravo, il en faudrait plus comme toi !

 

par Wilhem
le 12/09/2014