LES METALLEUX - PORTRAITS TYPES

Ouais, vu comme ça d'accord.
Ouais, vu comme ça d'accord.


Ranger les chevelus dans des cases, vaste programme n’est-ce pas ? D’autant plus que personne n’y trouvera d’intérêt et que tout le monde s’en fout. Qu’importe, on le fait quand même ! Voici une liste non-exhaustive dressant 11 portraits typiques de Métalleux, à croiser en concerts ou ailleurs.


01 - LeS "Métalleux de base"

Bruyant, pas très fin, généralement saoul lorsqu'il est de sortie, il en fait tellement qu’un seul donne l’impression qu’il y en a 20. Ramassis de clichés vivant, les médias généralistes ont fait de lui "Le métalleux", portrait qui nous pourrit aujourd’hui tant la vie. Comment le reconnaitre ? C'est celui qui crie "A poil !" entre deux morceaux dans un concert.

Sa qualité : Fait du bruit mais n’est au final pas bien méchant.
Son défaut : Nous fait passer pour de bons abrutis

Son paradoxe : Est considéré comme l'archétype du chevelu par le reste du monde... Alors qu'au final il y en a assez peu.

 

02 - Le "J'ai tout écouté"

Le fameux cliché du Métalleux élitiste vient de lui ! Vous lui parlez d’un groupe ? Il l’a vu en concert 5 fois et a tous les disques. Vous ne pouvez rien lui apprendre, il est nécessairement meilleur que vous. D’ailleurs il ne fait que tolérer votre présence dans son espace vital et se fait un devoir de vous éduquer.

Sa qualité : Bonne culture musicale
Son défaut : Un poil bluffeur sur les bords, il fera preuve de mauvaise foi facilement. 70% de son temps libre est consacré à poster des commentaires idiots et insultants sur les webzines.
Son paradoxe : Sais tout sur tout concernant le Metal, mais n’a que 26 ans.

 

03 - Le "C'était mieux avant"

« Depuis 1997 il n’y a plus rien d’intéressant dans le Metal ». Tel est son adage et il n’y dérogera pas (en public). Mais alors que fait-il à un concert de Trivium ?

Sa qualité : Incollable sur les classiques
Son défaut : N’écoute aucun groupe ayant moins de 15 ans de bouteille.
Son paradoxe : N’admettra jamais qu’un groupe « récent » est bon, mais il peut aller en voir un concert (généralement en prétextant la présence d’un ex-membre-de-tel-groupe-ancien dans le combo).

 

04 - Le "Place aux jeunes"

Grand amateur de Metalcore, ce jeune de 15/20 ans touche à tous les genres sortis après 2005, aime le Dubstep et toutes les fusions de Metal modernes. Vantant les mérites de groupes tels que Whitechapel et Betraying the Martyrs, mais surtout une bonne dizaine dont vous n’avez jamais entendu parler, il n’aime pas Metallica, ne connait pas Sepultura et vient de découvrir Machine Head avec « Unto the Locust ». Ses styles préférés commencent par "Post-".

Sa qualité : Nous met au goût du jour en 5 minutes de conversation
Son défaut : A des idées assez arrêtées, ce à cause de son manque de culture Metal
Son paradoxe : Ne connais ses classiques, mais se considère comme curieux et cultivé musicalement. Il n'hésitera d'ailleurs pas à vous faire la leçon.

 

05 - Le "Je suis Trüe"

Tout ce qui n’est pas extrême craint et ne devrait pas être considéré comme du Metal. Si c’est Extrême et qu’en plus c’est un groupe ayant sorti un seul pauvre EP en 10 ans, alors là c’est le must ! On en trouve pas mal du côté des amateurs de Metal undergound (mais alors bien underground, du genre où on se demande si c’est un concert ou une répèt’). Au final, ils finissent en « C’était mieux avant » une fois le cap des 30 ans passé.

Sa qualité : Peut nous faire découvrir quelques bijoux oubliés.
Son défaut : Fermé d’esprit et prétentieux. D’ailleurs vous n’êtes pas comme lui.
Son paradoxe : Se prétend spécialiste du Metal, alors que ses goûts ne se concentrent que sur une infime partie.

06 - Le "Je bosse dans le milieu"

50/50, telles sont vos chances de vivre une rencontre intéressante avec quelqu’un qui connait « l’envers du décor ». A-t-il gardé son âme de fan ? Est-il un blasé qui a perdu la magie de l’instant ? A vous de le découvrir…

Sa qualité : Nous offre quelques anecdotes croustillantes sur les artistes.
Son défaut : Si vous tombez sur le mauvais, il vous regardera de haut, car vous n’êtes qu’un « fan », donc un mec trop pourri pour faire du Metal lui-même.
Son paradoxe : Blasé de tout ce qui touche au Metal, il bosse encore dedans… Mais ça craint.

07 - Le "Fais bien gaffe à ce que tu vas dire"

Métalleux de deux mètres, physique de free-fighter, cheveux au vent, lueur inquiétante dans le regard, on jurerait qu’il nous regarde même quand il nous tourne le dos. Voilà quelqu’un qu’on ne va pas aller voir, d’ailleurs on ne parle jamais à ceux-là, de peur de… Bah on ne sait pas trop de quoi, mais le fait est qu’il a La Puissance avec lui [NDLR : C’est comme La Force, mais en plus Evil]. Généralement il se place juste devant vous quand le concert démarre.

Sa qualité : Fait son petit effet quand il entre quelque part. L’avoir comme pote est très sécurisant.
Son défaut : Coupe la chique à tout le monde
Son paradoxe : On ne sait pas, on ne lui a jamais parlé.

08 - Le "J'ai de la bouteille"

Vous discutez avec un Metalleux de 53 ans, qui est de tous les concerts depuis bien longtemps. Cette personne a écrit l’histoire du Metal en faisant partie des fans précurseurs. C’est le Pierre Tchernia de la musique compressée (en plus jeune tout de même).

Sa qualité : Raconter l’histoire du Metal d’antant : "A mon époque, le Metal c'était..."
Son défaut : Ne connait pas toujours les groupes "récents" (quoique...)
Son paradoxe : Curieusement c’est un profil assez équilibré.

09 - Le "Je me suis rangé"

« Le look Metal c’est finit ! Je range ma veste à patch, je rase ma longue chevelure abimée par les non-shampoings et je rentre dans le moule du péquin, car c’est trop dur d’être un métalleux dans ce monde si costard-cravate-twingo.»

 

Telle est sa vision de la chose. Pour des raisons professionnelles (mais surtout personnelles au final), il a laissé tomber « l’art de vivre Metal » [NDLR : article en cours de réalisation]. Mais il s’autorise un bon gros concert de temps en temps, où la nostalgie du « Metal is a way of life » lui fera se sentir obligé de se justifier en tant que métalleux, comme si le look était gage de quoi que ce soit.

Sa qualité : Ouvert d’esprit, c’est une personne avec laquelle on parle de tout.
Son défaut : A besoin de vous prouver qu'il possède une grande culture Metal. Il ramènera donc souvent la conversation à [place ici le nom de n'importe quel groupe qui a fait parler de lui dernièrement]. Dommage.
Son paradoxe : Est sorti du look Metal, mais achète deux t-shirts par concert.

 

10 - Le "Moi j'aime bien"

Un métalleux qui aime le Metal et qui ne passe pas son temps dans des polémiques sur tel-ou-tel-groupe-qui-dit-ou-fait-tel-ou-tel-truc, voilà qui est rafraichissant. Il y a des choses qu’il aime et d’autres qu’il aime moins (il ne déteste jamais), mais son amour de la musique compressée est indéniable. Il sera souvent celui qui prendra la défense d'un artiste ou album décrié. C’est le profil le plus agréable à côtoyer.

Sa qualité : Positif et ouvert, il est curieux et a peu d’apriori sur les groupes.
Son défaut : C’est bon de dire du mal des autres de temps en temps, il devrait essayer.
Son paradoxe : Profil plutôt équilibré.

 

11 - Le « Qu’est-ce que je fous là, moi ? »

Il y en a toujours un par concert. Vous voyez le type qui n’a rien à voir avec les autres, assis dans les marches d’accès aux gradins du Zénith à twitter sans prêter la moindre attention au groupe qui attaque le dernier tiers de son set ? C’est lui. Notre théorie ? Sa place lui a été offerte par quelqu’un qui s’imagine qu’un fan de Muse aimera forcément Testament.

Sa qualité : Abordable, il considère les métalleux (dont il ne fait pas partie) comme des « bons gars ».
Son défaut : N’y connait rien et souhaiterait s’en aller. Il n'a pas peur mais n'est pas particulièrement rassuré.
Son paradoxe : Il est là, mais aimerait être ailleurs.

 

On pourrait en trouver encore quelques uns, mais voici déjà matière à trier les confrères chevelus que vous cotoirez dans vos prochains concerts.
Bien évidemment, ni vous ni nous ne rentrons dans aucune de ces cases tant nous sommes des gens ouverts et equilibrés, autant dans nos propos que dans nos actes. Cela ne concerne que les autres ! 

 

par Wilhem

Le 16/11/2012