Les "Normaux" existent-ils ?


Les Metalleux contre le reste de l'humanité


 Les « Normaux » (ou « Norm's ») ça vous dit quelque chose ? On a tous entendu ce terme dans une conversation de chevelus un jour ou l’autre. Mais de quoi s’agit-il ? Est-ce un terme qui mérite qu’on l’emploie ou une illusion créée par les métalleux se faisant une montagne de pas grand-chose ?

Avant toute chose, attention. Il s’agit d’un article difficile, puisque visiblement rien n’existe encore à ce sujet (si vous avez une source, contactez-nous). Donc si on dit quelque chose qui vous semble être idiot, ou hors de propos… et bien contactez-nous pour nous faire part de vos lumières (ou démerdez-vous, ça marche aussi).

Après quelques recherches sur différents forums, nous avons attrappé cette phrase :  « gens-normaux-qui-écoutent-de-la-musique-normale-sur-l'autoradio-de-leur-Twingo » (véridique !). Ca peut résumer à peu près les choses (et puis le coup de la Twingo m'a fait marrer). 
 

Les détracteurs du Metal, ne saisissant pas toutes les subtilités du genre, créent un fossé supplémentaire. Ce qui revient le plus touche le Hellfest, qu'ils présentent comme vitrine d'une "musique diabolique"
Les détracteurs du Metal, ne saisissant pas toutes les subtilités du genre, créent un fossé supplémentaire. Ce qui revient le plus touche le Hellfest, qu'ils présentent comme vitrine d'une "musique diabolique"

 Les « Norm's » (prononcez : "NORMSSE"), c’est l’humanité toute entière, moins les Métalleux. Ce sont ceux qui voient en Marilyn Manson une icône du Metal Extrême, ou regardent une photo de Behemoth en croyant y voir Motorhead. Ce sont ceux s’imaginent que la diablerie est encrée dans votre esprit et que vous ne comprenez rien à la musique classique, ni à la nourriture, ni à la politique, ni à la religion, ni à l’économie, peut-être un peu à la mécanique… et encore.

Bref, ce sont ceux qui vous prennent pour un grand malade, un névrosé qui pourrait tout à fait venir un jour au boulot avec une hache et tuer tout le monde en fredonnant parce que la chanson d’AC/DC écoutée dans la bagnole ce matin lui a donné de l’entrain.

Bien sûr, c'est éxagéré. Mais je suis sûr que vous-même, qui êtes en train de lire ces lignes, voyez très bien de quoi nous parlons. D’ailleurs nous avons tous des exemples dans notre vie personnelle qui alimente cette vision que nous avons de la population... Mais celle aussi que la population peut avoir de nos goûts musicaux.

S'en est trop, je me range !

C’est ce même sentiment qui fait qu’un jour, un de vos potes vous dit avec émotion : « Je me range, c’est finit ». Il coupe ses cheveux, range ses t-shirts de groupes, met des chemises Celio et n’écoute ses disques d’Obituary qu’en cachette chez lui. Aux yeux du monde (des « Normaux » donc), il ne se revendiquera plus comme Métalleux… sauf s’il en croise un, mais ça ne sera plus pareil, non ? (C'est à ce moment que tous ceux qui sont dans ce cas nous lance des tomates).

Ce pote qui s’est « rangé » (et qui lance des tomates) s’est fait ronger par cette idée : « Pour se faire un trou, il faut se fondre dans la masse ». La vision qu’il pense donner de lui est trop dure à encaisser. Il pense que ce look et cette affiliation à un courant musical particulier est un frein à son développement personnel et (surtout) professionnel. Celà dit, il y a peut-être du vrai en ce qui concerne ce dernier aspect.

De son point de vue il vous dira qu'il a grandit et en a assez de cet aspect rebelle, "adulescent" (terme à la mode) qu'il renvoi. Est-ce qu'un Métalleux de 40 ans, type James Hetfield, Piotr Wiwczarek ou Robb Flynn fait "adulescent" ? Pas vraiment...

Allez, un peu de baume au cœur : Oui. C’est vrai que pour la-terre-entiere-sauf-les-métalleux, le Metal c’est de la musique de sauvage, jouée par des fous sataniques et écoutée par des bourrins. Un Metalleux a un QI de 70, il passe ses journées à jouer de la guitare en buvant des bières, ne regarde que des films gores et n’apporte rien au genre humain à part sa haine de l’autre et ses cheveux gras.

Frustrant n'est-ce pas ? Ca fait mal d’être considéré ainsi quant on a fait des études, qu’on a un boulot, qu’on connait ses gammes majeures sur le bout des ongles, qu’on est meilleur que pas mal de collègues dans son boulot et qu’on est un grand amateur de littérature.

C’est pour compenser cette frustration que le terme « Normaux » existe.

 

"Regarde chérie, c'est Motorhead... Ou Megadeth, je sais plus"
"Regarde chérie, c'est Motorhead... Ou Megadeth, je sais plus"

Au final, "Normaux" est un terme justifié ?

La limite de ce terme est le fait qu’on se place au-dessus de la population « non-métal ». On coupe réellement le monde en deux catégories : Nous et Les Autres.

C’est donc chercher à se faire du mal que de ne pas se considérer soi-même comme quelqu’un de normal… Et donc tendre le bâton pour se faire battre, non ?

Il est vrai qu’on peut avoir le sentiment que personne ne comprendra le pied qu’on peut prendre à écouter un gros Death Metal qui tâche. Il faut dire que pour une personne lambda, c’est assez frontal comme son.
Mais n’est-ce pas le cas pour nous lorsqu’on écoute un morceau de Free Jazz ? Un petit peu.

Les clichés sont là en ce qui concerne la musique Metal, mais les artistes s’en servent beaucoup… Pour notre plus grand plaisir d’ailleurs ! On joue avec aussi dans notre look. En s’affirmant fans de Metal avec notre apparence, on prend effectivement le risque d’être catalogué.

Si on a du mal à le gérer personellement, à nous d’être plus subtils, dans notre apparence (sans se "ranger" !), dans la façon dont on peut parfois imposer cette musique aux autres sans nous en rendre compte... Ou assumer jusqu'au bout des ongles ! A chacun son choix.

Par Zack

21/11/2011