DOSSIER : Les albums maudits


Un groupe ayant marqué le monde du Metal peut-il encore innover ?


2003 : St Anger, attendu par les fans pendant plus de 6 ans, a été un échec commercial relatif (6 milions d'exemplaires vendus), tout en prenant les fans à revers
2003 : St Anger, attendu par les fans pendant plus de 6 ans, a été un échec commercial relatif (6 milions d'exemplaires vendus), tout en prenant les fans à revers

Si je vous dis « Saint Anger », vous me répondez : « Aïe ».


Plus proche de nous, si je vous dis « Illud Divinum Insanus » ? Vous me répondez : « Aïe aïe aïe».

Et oui, l’album de Morbid Angel tant attendu (c’est rien de le dire !) qui s’avère être une très grosse déception pour les fans du groupe.

 

Ces albums (parmi d’autres) sont définitivement ceux qui sèment la discorde dans la communauté Metal. Le problème ? Et bien c’est qu’il ne s’agit pas vraiment d’une panne d’inspiration.

 

En effet, à l’écoute de ces albums on ne peut dire que ces artistes Metal qui n’ont plus rien à prouver à qui que ce soit nous aient simplement sortit un album mou ou moins inspiré que les autres. St anger n'est pas comparable à un Risk, un Bloodrunk ou un Spaghetti Incident. Non, car il s’agit en fait d’albums n’ayant pas grand-chose à voir avec le reste de leur discographie.

 

Les compos sont-elles fondamentalement mauvaises ? Et bien… non, pas nécessairement.

 

Des albums créatifs, même si mals reçus

 

Non, St Anger (restons sur cet album) n’est pas « mauvais ». Les compos ne sont pas des calques mous de choses déjà faites, la créativité n’en est pas absente et rien ni personne ne peut dire qu’il n’y a rien d’intéressant dans cet album... Bande de mauvaises langues ;)

Le problème de cet album, c’est que c’est Metallica qui l’a composé.

 

Le Metallica de Master Of Puppet, de Ride the Lightning, de Justice For All [ndlr : on ne va pas tous les faire, tout le monde les connait]. Bref, ce n’est pas ce qu’on attendait d’eux. Ce n’est pas non plus ce qu’on attendait de Sepultura lorsqu’ils sortirent « Roots » (et oui !).

 

Mais si ces albums avaient été composés par d’autres artistes ? D’autres groupes dont on attendait rien de particulier, que seraient devenues ces productions ?

 

Il faut croire que ces groupes sont prisonniers de leurs précédents albums. Qu’ils ne peuvent faire autrement que de produire ce qu’ils ont déjà fait, sans aller plus loin, sans faire différent, bref… sans expérimenter. 

Les voilà donc condamnés à sortir en leur nom propre des disques qui seront décriés - et à jouer en live une large majorité de titres de leurs 3 premiers albums. Les Mets l'ont comprit, en tirant des leçons de leurs erreurs et en positionnant "LULU" comme un concept-album (heureusement, soit-dit en passant). Pourtant, c’est cette esprit d’expérimentation qui aura permit à ces groupes d’apporter autant au Metal et à la musique en général (Metallica, c’est aujourd’hui universel).

Certains groupes ont pourtant comprit que l’expérimentation pouvait choquer, voire blesser les fans, partant inexorablement dans un discourt type « c’était mieux avant ».

Ils se cantonnent donc à jouer ce qui plaît aux fans, sans essayer d’emmener la barque plus loin. Des groupes comme AC/DC ou Motorhead, qui utilisent toujours la même recette depuis 120 ans (Pas de mauvaise interprétation : ils font ça très bien et nous sommes de très grands fans !). Ils ont innové en arrivant… Ils en restent là.

1996 : "Roots" de Sepultura, un contre-pied précurseur d'un Metal "moderne", vendu à plus de 900 000 exemplaires, décevra les fans de la première heure.
1996 : "Roots" de Sepultura, un contre-pied précurseur d'un Metal "moderne", vendu à plus de 900 000 exemplaires, décevra les fans de la première heure.

Mais la question est : En tant que fan de Metal (et de musique en général), que représentons-nous lorsque nous sanctionnons la prise de risques de ces groupes ? Ces groupes qui ont les moyens et la popularité nécessaire pour tenter de nouvelles choses sans en payer le prix fort ? Car après tout, n’importe quel label signera Metallica, peut importe ce qu’ils font maintenant.

 

Et si les Four Horsemen avaient décidé de monter un nouveau groupe, de se trouver un nouveau nom simplement pour sortir cet album, de manière à ne pas y impliquer la réputation du groupe ?

 

Et bien on se serait tous sentit mieux. Cet album aurait peut-être même été mieux perçu par le public. 

 

- Ceci explique notamment pourquoi certains médias et webzines accueillent ces albums avec de la satisfaction, alors que d’autres vont lourdement les sanctionner dans leur chroniques.

 

- Ceci explique pourquoi certains adorent, d’autres détestent, alors qu’ils connaissent le groupe depuis tout aussi longtemps.


- Ceci explique aussi pourquoi Les Feux de l’Amour en sont à leur 857ème saison.

 

- Ceci explique pourquoi le vintage est à la mode.

 

- Ceci explique enfin pourquoi le design de la Peugeot 206 a duré plus de 15 ans sans être retouché.

 

Ces groupes sont donc des Héros de la scène Metal (et oui, ona pas peur), puisque malgré l'acceuil que nous leur réservons, ils continuent d'essayer d'avancer. Un grand bravo à ces artistes, car même si nous ne nous ferons pas violence dans l'idée d'acheter ces albums que nous jugeons "moyens" (voire "honteux", selons certains), nous respectons la démarche créative qui permet à la musique Metal d'aller de l'avant !  

 

par Zack

19/11/2011