Ces petits rituels Metal dont on ne se lasse pas.

les rituels de la culture Metal, par Killer On The Loose


Même si un jour l’envie de se jeter dans le mosh peut passer, il y a des choses qui feront toujours plaisir. Des petits rituels Metal qui n’ont pas de prix… la plupart du temps. 

 


  • Le sign of horns

 

Qu’on ait 15 ou 55 ans, qu’on soit fan de Morbid Angel ou d’AC/DC, personne ne rechigne à faire un bon sign of horns pour accueillir le groupe déboulant sur scène. Un vrai plaisir fédérateur qui ne lassera jamais !

  • Préparer sa veste à patch

 

Voilà également quelque chose qui tient du rituel, surtout en cousant un à un les patchs qui iront dessus. On a déjà hésité à l’acheter déjà prête… mais ce n’est pas pareil. L’idée même que la plupart des métalleux sachent coudre est d’ailleurs très amusante.

  • Garder son bracelet de festival au poignet pendant 10 ans


Certains en ont même une sacrée collection au poignet ! Avec 9 Hellfest et au moins autant de Wacken et autres festivals européens, on repère vite les bêtes de fest en leur serrant la main.

  • Boire de la bière


J’ai connu un métalleu qui n’aimait pas la bière, un seul ! C’est d’ailleurs ce qui l’a tué (ce n’est pas vrai, mais le Metal a une part de légende). Personne dans la sphère Metal ne peut cracher sur une bonne bière fraiche après une journée de boulot. La première gorgée vaut tous les solos du monde. Elle est encore meilleure dans une pinte en plastique, car ça veut dire qu’on est en plein concert !

 

  •  Jeter son verre sur le public


Quoi tu l’as jamais fait ? Mais tu en as déjà reçu un, non ? Tu sais, ce gobelet qui arrive de nulle part et qui atterrit droit sur ta tête pour te rafraichir un peu…

Balancer son verre en plastique avec les deux dernières gorgées de salive au houblon loin devant dans la fosse. C’est marrant… et pas bien méchant.

  •  Acheter un t-shirt qui claque


Quelle fierté de trouver un t-shirt à l’effigie de son groupe préféré. Tu sais, ce T-shirt qui a un style incroyable et que tu n’as jamais vu sur le dos de personne… Le fameux modèle unique qu’on trouve perdu au milieu des classiques sur les extrem market ou sur Internet. La grande classe !

  • Détester un sous-genre Metal à cause de son public


Ça fait du bien de critiquer peu, on se sent meilleur. Heureusement pour nous, il y a toujours un sous-genre Metal pour s’attirer les foudres de tous. Que ce soit le Nu-Metal, l’émo, le visual ou quoi que ce soit d’autre, chaque décennie nous apporte un genre dont le public est parfait pour ça. Bénis soient-ils !

  • Faire une grosse date (qui coûte un bras)

 

Ouais, les concerts au POPB ou au Stade de France c’est super-trop-cher et puis le son est nul et puis blablabla… Mais se taper un bon Rammstein dans une immense salle, c’est toujours un grand moment pour les yeux et les oreilles et tu le sais très bien. D’ailleurs t’en a fait quelques-unes, des grandes salles, si tu comptes bien. 


  • Chanter les paroles des tubes Metal

 

Que ce soit en soirée, dans un bar Metal ou pendant le concert du groupe, il y a des morceaux qu'on ne peut pas écouter en silence. Iron Maiden en a écrit plusieurs, Pantera aussi.

 

  • Prétendre que Ride The Lightning est meilleur que Master Of Puppets… ou l’inverse

 

Ah, les grands débats sur la qualité des albums de nos groupes compressés sortis il y a plus de 20 ans ! Voilà quelque chose de formidable. C’est pourtant bien vieux et pleins de trucs géniaux sont sortis depuis, mais pourtant on s’en lassera jamais !

  • Critiquer la programmation des festivals

 

Quoi ? Attends, ils mettent Aerosmith et Iron Maiden mais pas [Place ici le nom d’un groupe que t’aime bien et qui est 100 fois plus petit] ?! Abusé !

C’est tout de même cool de critiquer des festivals qui te balancent plus de 100 groupes Metal en quelques jours. Pourquoi ? Parce qu’il en manquera toujours un que tu aurais bien voulu voir et que ça lance des débats passionnés. Ça montrera qu’au final tu y es déjà allé 5 fois et que tu y retourneras cette année parce que tu le kiffes ce fest, qu’il y ai ce groupe ou pas.

  • Découvrir du merchandising délirant


Le plus souvent sur Internet, on s’extasie devant des skis Motörhead, un tapis de voiture Metallica ou encore des préservatifs Kiss, le tout à des prix délirants. On ne les achètera certainement jamais, mais on trouve ça génial quand même.




par Wilhem
Le 23/09/2014