Les polémiques autour du Metal sont-elles finies ?

Culture Metal, les polémiques. Par Killer On The Loose
Souvenir, souvenir...

CULTURE METAL


Après plus de 30 ans de bâchage de la musique Metal et une bonne accélération des choses entre 2009 et 2013, les choses semblent s’être (enfin) calmées ces deux dernières années. La fin des clichés ? Le Metal enfin considéré à sa juste valeur ?


Maintenant que tout cela est retombé et chacun est rentré chez lui un peu calmé, analysons les dernières polémiques : 


Depuis quelques années, le Hellfest a fait pas mal parler de lui dans les médias mainstreams. Donc forcément, les hordes de métalleux méchants ont fait la une, avec ce point culminant que fut inénarrable reportage de ZONE INTERDITE en juillet 2013.

 

Sauf que cette fois-ci la réaction des métalleux, via une pétition imprévue et surtout à une échelle non-négligeable, a fait comprendre que non, on ne pouvait plus faire n'importe quoi avec la musique Metal. Une réaction spontanée, efficace et tout à fait bienvenue.

Le plus surprenant, c'est que cette fameuse pétition à eu un écho médiatique plus important que le reportage en lui-même !

 

Conséquence : Cela semble avoir stoppé net tout envie de nous casser du sucre sur le dos.

 

Et bim ! Prend ça dans la cheutron, vile voix-off !

 

Bon, l'image du métalleux en sympathique nounours a finit de s'ancrer. Toujours aussi cliché, mais au moins on avance.

La dernière preuve en date est bien évidemment l’affaire Varg, survenue quelques jours plus tard et traitée avec des pincettes par les médias qui ne font d’habitude pas dans le détail… Une chose également assez surprenante. Comme si le fait d’entrer dans le véritable aspect sombre de notre musique et cette capacité qu'ont désormais les chevelus à se rassembler les avaient poussés à faire correctement leur travail, ce qui a rendu l’évènement moins intéressant, forcément, sachant que tout ceci n'a au final duré que deux jours.

De plus, petit détail qui compte : La dimension survivaliste du sujet leur a permis de s’attaquer à ce mouvement (minoritaire et désorganisé), où les clichés pullulent… Un sujet du coup bien plus intéressant. Dommage pour eux mais pour nous c'est tout bénèf, on nous a laissé tranquille.

Attention les gars : désormais il y a du répondant chez les métalleux

Patrick Roy a fait plus pour le Metal qu'on ne le pense : Il en a redoré le blason.
Patrick Roy a fait plus pour le Metal qu'on ne le pense : Il en a redoré le blason.

Chaque attaquant ayant un jour voulu se payer une tranche de chevelu a armé ses arguments et semblait prêt à en découdre (qu'il soit associatif ou médiatique).

 

Ils furent en fait désarçonnés, n’ayant pas trouvé l’adversaire qu’ils espéraient avoir en face d’eux.

 

Pas de satanistes belliqueux et de faits-divers atroces, mais des amateurs de musique qui ne purent que rester la bouche ouverte devant de telles attaques gratuites…Tu m'étonnes !

 

On aurait pu en rester là et les laisser braire, mais c'est sans compter les réseaux sociaux et un sacré sentiment de ras-la-veste-à-patch.

 

Ils décidèrent de réagir avec – au-delà des commentaires foireux habituels – pas mal d’intelligence, en donnant une image à la fois saine et sereine de la musique Metal : C’est de la musique, point barre. Un argument de simple bon-sens, pourtant redoutable face à celui qui doit aller décortiquer des textes beuglés en norvégien ou pointer du doigt une ceinture à clous en disant : "Regardez, c'est forcément louche ! Et ce zombie, ici ! Oups, pardon Madame".

 

Cette réaction de la sphère Metal peut s'expliquer au travers de plusieurs phénomènes, parmi lesquels des portes paroles tels que Patrick Roy et le Père Robert Culat. Ces derniers battirent le pavé dès 2009 pour casser les idées reçues. Ils ont par ailleurs été immédiatement soutenus par les métalleux, pour sûr !


A mon humble avis, cela a fini de casser l'image de "vilain métalleux", plus personne n'étant dupe, les médias sont passé à autre chose.

Le Metal désormais considéré à sa juste valeur ?

Certainement pas, ne mélangeons pas tout. 


Pour faire simple, ce n'est pas parce qu’on ne te tape plus dessus qu'on va te tendre la main. Peut-être qu'on a simplement mal aux phalanges (c'est une belle image ça. A la fois révélatrice et violente). Le Metal est toujours sous-estimé dans les sphères musicales, que ce soit en termes de culture ou de ventes. On préfère ne pas en parler, tout simplement.

Et si AC/DC a reçu un grammy (ce qui est à peu près l’équivalent d’une gommette en forme de smiley sur un cahier), ce n’est pas le signe que le Metal est devenu un équivalent aux autres styles de musique. Ici et pour eux, c'est un "vieux groupe de Hard" devenu un "classique", qui vend encore.

 

En France, le Metal étant trop difficile à appréhender, on préfère le mettre de côté. Dans le monde de la musique, la pop mainstream et autre dance électro ont plus de crédit pour leur grande accessibilité. La musique classique et le jazz le sont pour leur image intellectuelle et cul-serré. Mais tout ça n’est pas nouveau, à moins d'avoir passé ces vingt dernières années en caisson cryogénique. 


Vous connaissez notre crédo, mieux vaut rester authentiques et attirer les chevelus qui s'ignorent que de plaire à la terre entière. Le nivellement par le bas se fera alors exactement comme dans le Hip Hop, dont les fleurons actuels en France sont franchement honteux d’opportunisme et de conformité. Un rappeur français couinant son refrain R’n B déformé par auto-tune ? Franchement quelle blague… Je plains les amateurs de Hip Hop, vivant une période bien sombre.


Pour résumer ce qui se passe nous concernant : Le Metal ne fait plus la une avec des tentatives de compréhension maladroite et des « Mais pourquoi sont-ils si méchants ? C'est vrai, quoi ! ».


On ne peut espérer mieux que cela pour tracer la route et continuer à faire vivre une sphère Metal active, riche... et bien compressée !

Une polémique terminée… Jusqu'à la prochaine

Prenons le temps de nous réjouir de ce répit, car rien ne dit que cela va durer.

 

Bon, l'actualité est plutôt chargée depuis quelques mois, avec beaucoup sujets épineux où les raccourcis et idées reçues sont faciles... et légion. Du pain bénit pour les médias qui peuvent en plus faire intervenir des "experts" (des types qui sont toujours chez eux quand on les appelle), qui en plus iront dans le sens commun sans que personne ne s'offusque (ou pas assez fort).


En tant que métalleux, on ne risque donc pas de se faire taper sur la courge avant quelques temps.

 

Toutefois, un fait divers sanglant, l’arrivée des festivals de l’été ou tout autre sujet pourrait tout à fait nous faire retomber dans la mauvaise presse et les clichés éculés. Nous ne sommes pas en Scandinavie ou aux USA, le pays et ses médias ne sont pas du tout « Rock friendly » et n’hésiteront pas une seconde.

 

Ce sera alors à nous de réagir, métalleux de tous bords, une fois encore. Comme le dit Airbourne : No way, but the hard way !

 

Wilhem

Le 05/03/2014

 

 

D'autres articles de Culture Metal