Concerts Metal : Prix et fréquentation, où en est-on ?

les concerts Metal, de plus en plus cher ?

Tout le monde en a le sentiment, le concert Metal est de plus en plus cher. Mais  il est souvent difficile d'en juger, car les comparaisons et les chiffres sont rares. De même, il existe encore aujourd'hui, que ce soit en banlieue de grandes villes ou ailleurs, de beaux plateaux Metal aux prix attractifs. Au milieu de tout ça on essaie de faire le point.

 

Le concert Metal est-il plus cher qu’avant ? Telle est la question à laquelle nous allons répondre. On vous le dit tout de suite, la réponse est « oui, mais ».

 

Tout d’abord, il faut savoir qu’il est très difficile de le mesurer dans le sens où personne ne s’intéresse  à l’évolution du prix de la place de concert Metal (à part nous... et toi). Mais en effectuant pas mal de recherches et recoupements, on arrive tout de même à toucher du bout des doigts la vérité. Elle est ailleurs... et surprenante.

 

Tout d’abord, il faut aller chercher l’information là où elle est. Le CNV (le Centre National de la chanson, des variétés et du Jazz) est actuellement le seul à se pencher sur la question. C'est cet organisme qui perçoit la taxe fiscale sur les spectacles de musiques actuelles. Il sait donc très bien quelles sont les sommes qui transitent dans la musique live et leur évolution. Malheureusement, pour ce genre de structures, le Metal c’est du Rock et le Rock est une "musique actuelle", dans le sens où ce n’est pas de la musique classique. Oui, on est loin...

 

Bref, on trouve donc dans cette catégorie quasi toute la musique. Mais cela nous donne toutefois une idée de la tendance générale :

Le prix moyen d'un billet de concert en France (variété & musiques actuelles confondues) serait passé de 26€ en 2005 à 34€ en 2013. Je vous épargne les calculs, c’est une hausse de 30,7% droit dans les gencives du public.

Ce chiffre est clair, net et indiscutable. Il est issu du croisement des rapports annuels de la structure, téléchargeables gratuitement sur leur site, pour ceux qui veulent jouer de la calculette.

Pourquoi une telle augmentation des prix ?

Plusieurs facteurs sont à considérer, comme disent ceux qui savent. Le premier est la fameuse et inénarrable crise du disque, qui a entrainé une chute terrible : celle des revenus des maisons de disques et des artistes. Par "maisons de disques", on parle des labels et particulièrement des majors. Par "artistes", on entend dans le Metal les machines de guerre internationales. Les artistes plus confidentiels n’ayant jamais vraiment pu compter sur ces revenus.

 

Comme nous disions dans notre article sur le merch', le concert a donc su compenser cette perte financière. Les groupes tournent de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps, dans de plus en plus de pays, pour de plus en plus cher.

 

Le second facteur est également très intéressant. Il s’agit du « il y a toujours un con pour payer ». A savoir que tant que les places se vendent, c’est que le prix est juste.


Or, si le prix grimpe de 30% et que les concerts sont toujours complets, alors le prix est toujours juste. Vu ? Ça porte un nom, on vous laisse le deviner (rire démoniaque).

 

Mais si les dates coutent de plus en plus cher au public, il semblerait (avec des pincettes) que ce soit avant tout à cause de l’augmentation des cachets des groupes, qui sont directement – et ça semble normal – répercutés sur le prix des billets. Ajoutez à cela une pinte de bière à 8€ (au Zénith par exemple) et un t-shirt à 35€ parce qu'on est fan (un prix réel constaté au concert de Lynyrd Skynyrd au palais des sports en avril 2015) et on n’est pas loin de se sentir un peu carroté pas vrai ?

 

Ajoutez encore à tout cela les faux frais de type billet de train (ou essence) pour celui qui n’habite pas cette grande ville où se trouve la salle. Puis le parking s’il s’agit de la capitale et de quartiers éternellement en travaux comme La Villette (où se trouve le Zénith, le Trabendo ou encore le Cabaret Sauvage).

 

Bref, oui. Les concerts n’ont jamais couté aussi cher qu’aujourd’hui.

Des exemples dans le Metal !

les concerts Metal, de plus en plus cher ?
Une place pour AC/DC au Stade de France en 2001 coûtait... 41€

Ça vient mon gars. L’évolution dans le temps du prix des billets de concert Hard & Metal est effectivement intéressante. Et pour ça, on a dépoussiéré nos vieux talons de concerts parisiens et on a comparé les salles et les groupes :

 

AC/DC :

 

  • 2001 : Stade de France : 41€ (271FF) - Pelouse
  • 2015 : Stade de France : 78,50€ - Pelouse
    Évolution : +91,4%

 

 

Iron Maiden :

 

  • 1999 : Avec Megadeth – Paris Bercy : 32,92€ (216F) – Placement libre
  • 2013 : Paris Bercy : 51€ - Fosse
    Évolution : +54,9% (sans parler du placement dans la salle)

 

Kreator :

 

  • 2000 : Avec Moonspell et Katatonia – Elysée Montmartre : 16,77€ (110F) – Placement libre
  • 2014 : Avec Arch Enemy – Bataclan : 35€ - Placement libre
    Évolution: +108%

 

On peut retourner ça dans tous les sens et l’interpréter comme on veut : Les faits sont là. L’avantage de ces trois exemples c’est qu’il y en a toujours un pour contrer les "réactions types" comme :

 

- Le groupe est bien plus populaire aujourd’hui qu’à l’époque, c’est donc normal

 

Non, AC/DC n’était pas moins populaire en 2001 qu’aujourd’hui. Si tu avais plus de 30 ans, tu le saurais.

 

- Les plateaux proposés sont meilleurs, c’est donc plus cher

 

Non. Iron Maiden + Megadeth, c’est plus intéressant qu’Iron Maiden tout seul. Même en 1999.

 

Un plateau qui fait saliver, pour 16€ en octobre 2000
Un plateau qui fait saliver, pour 16€ en octobre 2000

 

- Le coût de la vie à évolué, l’inflation a joué 

 

Pas uniquement. Sur cette période (2000/2014) l’inflation cumulée est de 25,1% (source). On a donc encore un très bel écart. 

 

Attention tout de même, ce petit comparatif de trois concerts, ne peut pas être universellement représentatif et il y a effectivement des paramètres à prendre en considération pour pondérer ces évolutions (le coût de la vie donc, mais aussi la TVA et autres taxes, la logistique de tournée, etc.). On ne peut donc pas le présenter comme une démonstration implacable.

 

Toutefois, la tendance est là et est très impressionnante : A Paris, les concerts Metal n’ont jamais coûté aussi cher qu'aujourd'hui.

Les petits concerts aux prix serrés sont en manque de public

On peut s’arrêter là et considérer que démonstration est faite.

 

Ou alors, on peut voir un peu plus loin que les grandes villes de France et surtout Paris. Que les bobos chevelus qui n’osent pas franchir le cap du périph’ arrêtent donc la lecture de cet article.

 

Dans les villes moins importantes se trouvent également un vivier de salles et d’orgas proposant des plateaux de plus en plus alléchants, ce pour des prix tout à fait corrects, voire digne des années 90. C’est également le constat du CNV, qui (s’il cible toujours aussi large avec ses foutues « musiques actuelles ») s’accorde pour dire que le prix de la place de concert est moins élevé en dehors des grandes villes et dans les petites salles, ce partout en France.

 

Moins élevé, mais également moins fréquenté. En 2013 en France, les concerts de moins de 600 entrées pèsent :

 

  • 83% des représentations en France,
  • 28% de la fréquentation totale seulement,
  • 14% de la billetterie seulement !

 

Des chiffres surprenant, d'autant que cette tendance est encore à la baisse depuis une paire d'années.

 

Ces concerts ont lieu dans de plus petites salles, pour moins cher, mais peinent de plus en plus à remplir. Ces rapports vont même plus loin en annonçant que seules les salles de grande jauges connaissent actuellement une forte croissance (et par grandes jauges, on parle des 17 zéniths de France !). Cela signifie que si les grandes salles font grimper leurs prix, les gens se battent pour y aller, là où les plateaux dans des salles plus réduites (et parfois plus confortables pour le public) et offrant des prix attractifs sont désertées.

 

Paradoxal ? Un peu oui.

 

Quant on voit le nombre de personnes râlant pour le prix des places, on ne peut que s'étonner de ce constat. Évidemment, ce n’est pas toujours là que passeront les gros artistes internationaux, mais si voir Machine Head est toujours sympa, chaque chevelu éclairé ne pourra qu’être d’accord pour dire que des concerts, on en fait pas mal et que ce ne sont pas que les machines de guerre qui nous intéressent. Aller voir des groupes plus confidentiels est le quotidien de tout métalleux digne de ce nom.

 

Or, les petites structures n'ont pas le cash nécessaire pour assurer des concerts à moitié vides bien longtemps. Cette tendance à la "grosse date" pourrait avoir des effets dévastateurs sur le moyen terme. Avec des aides et subventions de moins en moins élevées et plus dures que jamais à décrocher, des trésoreries plus tendues que jamais, l'offre de concerts Metal indépendante pourrait rapidement disparaitre si les métalleux ne font pas l'effort d'y aller.

 

D'autant plus que de nombreux artistes internationaux font désormais l'effort de sillonner la France au delà des Zéniths et offrent ainsi aux fans de plateaux très intéressants pour une vingtaine d'euros, comme Testament à la BAM de Metz il a une paire de semaines.

 

On a d'ailleurs posé la question du prix des billets de concert à Max, de Damage Done Productions, qui avait organisé ce concert :

 

"Pour les concerts en France, il faut savoir que des fois les tourneurs préfèrent se limiter à une date parisienne, plutôt que de faire plusieurs concerts en province qui rapporteraient moins.

 

Je m’explique, dans la législation française un artiste étranger doit être déclaré et percevoir un salaire français (en plus du cachet). C’est la loi, on n’y peut rien.

 

Du coup, pour certains artistes, tourner en France est compliqué (contrat, déclarations, etc. + rajout de ces salaires au cachet global), du coup 2 options :

 

  • soit le tourneur inclus cette somme dans ses coûts et diminue le cachet du groupe,
  • soit cette somme se retrouve en plus du cachet et donc sur le prix du billet.

 

Et comme on sait qu’en province les gens ne dépenseront pas plus que ce qu’ils estiment “raisonnable” pour aller voir un groupe en live, par moment les tourneurs privilégient une date parisienne + une ou deux en province et basta."

 

Effectivement, présenté comme ça on comprend que plusieurs facteurs sont derrière ces augmentations de prix... Et pourquoi Paris et quelques grandes villes sont largement mieux servies en concert Metal que le reste de la France.

Et les festivals ?

Le prix des festivals Metal restent intéressant, raporté au nombre de groupes

Le festival Metal a le vent en poupe (plus que jamais). Si ces derniers sont une belle dépense lors de l’achat de son pass (et de sa tente si on n'est pas équipé) c'est également, ramené au prix par concert, le format le plus économique pour aller voir des groupes, même si on ne voit pas la moitié des artistes programmés.

 

Une personne allant au Hellfest 2015 et n'assistant qu'à 6 concerts par jour paiera 10,27€ par groupe. Un tarif défiant toute concurrence, même pour les glandeurs du camping.

 

Nous avons la chance en France d'avoir de très belles éditions de festivals Metal, offrant pléthores d'artistes internationaux, qu'ils soient de renommée internationale ou plus confidentiels. L’occasion est alors donnée de voir pas mal de groupes, dont quelques machines de guerres, pour un prix au final intéressant.

 

Alors oui, on pourra se plaindre que c'est trop cher ou qu'il y en a plus dans d'autres pays, mais on peut également se satisfaire de l'offre actuelle. La fréquentation est d'ailleurs au rendez-vous :

 

En 2013, les festivals en France représentent à eux seuls 20% de la fréquentation totale des concerts. C'est loin d'être négligeable.

Pour conclure

Le prix des concerts grimpe, mais l'offre est également plus que jamais pléthorique pour qui veut faire du concert Metal.

 

Entre de belles dates dans de grosses salles, des festivals très satisfaisants, que ce soit en terme de programmation ou de conditions d’accueil (même si tout est perfectible) et des salles à la jauge plus restreinte offrant des plateaux sympas pour des prix raisonnables, les métalleux ne savent parfois plus où donner de la tête. Il suffit d'ailleurs de voir le nombre de concerts Metal ayant eu lieu durant ce mois de mai pour s'en faire une idée.

 

Toutefois, les métalleux doivent peut-être ajuster le curseur, car pour une date à Bercy, on peut s'offrir deux à trois dates dans des salles plus petites. Un concert qu'on estime "trop" cher est peut-être finalement à éviter, au profit de plusieurs concerts plus petits avec des groupes qui avoinent tout autant !


par Wilhem

Le 01/06/2015