Les 5 paradoxes des Métalleux


Un paradoxe, c’est quand tu t’offusques d’apprendre que ton smartphone est fabriqué par des enfants mais que tu l’achètes quand même. Et on peut dire ce qu’on veut, nous autres métalleux sommes nous-mêmes des paradoxes vivants. Des paradoxes… avec des cheveux.


Voici donc les 5 plus grandes contradictions du Metal, en France et dans le monde.

1 - La fierté

On le sait bien, les textes des chansons Metal tapent souvent sur tout ce qui bouge : L’argent, la religion, le pouvoir, la politique et le système de manière générale. Bref, tout le monde en prend pour son grade !

 

Paradoxalement, de leur côté les métalleux ne supportent pas qu’on s’en prenne à eux, leur image ou leur musique au sens le plus large. C'est une vrai zone sensible. Au premier reportage d’M6, toute la communauté s’insurge et secoue la toile !

 

Mais lorsqu'on prend un peu de recul, on réalise que nous sommes victimes de clichés, de raccourcis et de mauvaise foi. Or, n'est-ce pas ce que les groupes reprennent eux-mêmes dans leurs textes pour s’attaquer aux autres ? Certains disent que c'est de bonne guerre !

2 - Les codes

Si le Metal est à la base une contre-culture désireuse de briser les codes et le conformisme, ce dernier en est pourtant bourré.


Des cheveux en passant par la Kutte, les identités graphiques, les textes ou les genres, le Metal est une montagne de codes et de normes dans laquelle chacun se promène, se catégorise et surtout catégorise les autres. Mieux, les groupes brisant ses codes ou les détournant comme Ghost ou Baby Metal se positionnent immédiatement comme des groupes "originaux". Une preuve de l'encrage de ces derniers dans les esprits.

3 - Le pognon et la consommation

L’argent fait partie de ces choses que les métalleux ont en horreur et il ne faut pas grand-chose pour qu’un groupe qui marche (après souvent des années de galère) se fasse taxer de commercial ou de mainstream.

 

Pourtant, l’argent est partout dans le Metal, particulièrement de nos jours. Tout est bon pour pomper le cash du fan et ce dernier est très bon client : Du t-shirt au pass de festival, en passant par les éditions limitées et tout le merchandising du monde !

 

Malgré ce rejet apparent, les métalleux consomment énormément. Que celui qui ne s'est jamais demandé ce que donnait le vin Motörhead me jette la première pierre !

4 - La reconnaissance et le succès

Depuis combien de temps les métalleux se plaignent du manque de reconnaissance du Metal en France et dans le monde ? La réponse est simple : depuis toujours !


Pourtant, dès que des groupes sont – trop - sur le devant de la scène, toute la communauté grince des dents avec des « c’est plus ce que c’était » et des « Je préférais avant ». Bon, il est vrai que les médias mainstreams se ratent quasiment à chaque fois qu’ils essayent de traiter un sujet autour du Metal. Mais tout de même… Soyons simplement contents pour eux.

5 - La haine et tous ces trucs Evil

Je ne l’apprendrai à personne ici, certains morceaux de Metal ont des textes si violents que le pire des morceaux de rap ressemble à Zaz couinant sur Paris. Oui, c’est vrai qu’on aime quand ça ne fait pas dans le détail.


Et pourtant, les métalleux sont loin d’être des haineux. Bien au contraire, la convivialité est reine dans les concerts et autres rassemblement « Metal oriented ». On pourrait même aller plus loin en clamant que les concerts Metal sont certainement les manifestations les plus sûres qui soient, ce qui est mon avis personnel.


C’est tellement paradoxal que la plupart des norm’s n’y croient pas une seconde et les habituels reportages sur les festivals compressés leur donnent une belle excuse pour jouer à se faire peur.

Ok et alors ?

Et alors rien ! Il ne faut pas chercher à comprendre. Enfin si : Le paradoxe est dans le cœur même de la culture Metal.

C’est bien pour ça que les médias généralistes et autres personnalités politiques n’arrivent pas à la cerner concrètement. Ils y cherchent la logique, l’explication claire qui fera la lumière sur toutes ces images morbides et ces bons gars qui gigotent dans la fosse.


. Pourquoi s'en foutre plein la tronche en concert est cool ?
. Pourquoi un concert d'Iron Maiden avec un zombie en mascotte est un moment convivial et festif ?
. Pourquoi un groupe comme Ghost fait une musique tout à fait accessible ?


Malheureusement pour eux, il n’y a pas de logique ! Les associations catholiques ne comprennent pas qu'un Tom Araya, Chrétien, puisse écrire de tels textes dans Slayer. Nous non plus et honnêtement on s'en fout. Par ailleurs, qui s'intéresse aux textes dans le Metal ? Personne !


Le Metal est un univers de contradictions, qui n’a pas intégré ça ne comprendra jamais rien à rien sur la musique compressée.


par Wilhem
le 09/07/2015