Le Metal est-il assez populaire en France ?

Culture Metal : Le Metal, assez populaire ? Killer On The Loose
"That Metal Show", émission TV Metal diffusée aux US sur VH1 depuis 2008


C’est la grande question, qui revient régulièrement. Pour beaucoup, le Metal est un style musical trop confidentiel qui  mérite d’être sous le feu des projecteurs en France et dans le monde… Mais en a-t-il vraiment besoin ?


Les médias et les labels Metal en rêvent et c’est bien normal. Qui refuserait de voir son audience multipliée par 10, 50 ou 100 ? Personne, pas même nous ! De même quel artiste Français serait déçu de devenir disque de platine là où il vend 5 000 albums aujourd’hui à grand renfort de com' ? Effectivement, ce serait le pied.


Pour le public, métalleux de tous bords, ce sont plutôt les idées reçues et le sentiment d’être marginalisé qui poussent à espérer une réelle reconnaissance de la musique Metal par le grand public et les mass-medias. Ajoutons à cela un reportage à l’emporte-pièce de type « M6 : Les métalleux sont des salauds » et nous voilà bel et bien frustrés !


Mais si nous prenons le temps de réfléchir quelques instants à l’essence même de cette musique, on se rend vite compte qu’un prime-time sur une grande chaine nationale – « The Metal Voice » ? - n’est pas vraiment ce qui nous intéresse dans ce style.

 

  • Souhaite-t-on vraiment voir notre style envahi de soupe mainstream destinée aux oreilles fragiles de la plèbe comme c’est le cas dans le Hip Hop ou l'électro ?
    Souvenez-vous de la vague Nu Metal des années 2000, d'où surgirent quelques pépites seulement au milieu de dizaines de trucs foireux qui ont aussi vite disparu.

 

  • Souhaite-t-on vraiment voir les concerts emplis d’une foule ne saisissant pas la culture Metal ? S’insurger de voir un mosh se former à l’avant de la fosse ou regarder d'un air amusé le chevelu looké en le considérant comme un vestige ?

    Car ne nous voilons pas la face, un style musical fortement popularisé est toujours nivelé par le bas et uniformisé.


Aujourd’hui, le Metal se porte plutôt bien, pourquoi plus ?


  Évidemment, les ventes d’albums se sont complètement effondrées et cette "crise" très sérieuse frappe directement les artistes et tous ceux qui se défoncent pour faire tenir la sphère Metal debout. Mais c’est le cas de la musique en général… Et la faute des métalleux (la tienne), qui préfèrent pomper un disque sur Pirate Bay plutôt que d’aller l’acheter chez un disquaire. C'est un phénomène de société, on ne peut malheureusement pas faire marche arrière. Et s'il est quasi impossible pour un groupe de Metal français de vivre de sa musique aujourd'hui... Malheureusement ce n'était pas beaucoup plus simple il y a 15 ans.


Au-delà de ce facteur en (petite) partie compensé par le développement phénoménal du live, la sphère Metal va bien par rapport aux autres. L’image des métalleux s’est - quoi qu’on en dise - bien améliorée depuis les années 90 et qui a vécu cette période et/ou les précédentes décennies ne peut qu’approuver.
Le hellfest 2014, complet 6 mois avant la date d’ouverture des portes, va également dans ce sens. Les groupes mythiques font salle comble un peu partout en France et en Europe et la créativité [même si le vintage et le retour-aux-sons-d’antan-parce-que-c’était-mieux-avant bat son plein] est au rendez-vous.


Tous les métalleux ayant plus de 15 ans de Metal derrière eux ne peuvent que le constater, leur image s’est améliorée et le grand public porte un regard relativement bienveillant sur ces "ours sympathiques" que sont devenus les chevelus... Bon OK il y a encore du chemin à faire mais bon.

 

Alors oui, il y a toujours quelqu'un dans le métro pour faire une remarque à la con, mais ce n'est rien (rien !) par rapport aux 80s, tenez-le vous pour dit.


Le désir de reconnaissance du Metal est-il toujours d’actualité ?


Selon nous, pas vraiment. Cela fait maintenant plusieurs années que le Metal a décroché ses lettres de noblesse. Plus personne (métalleux ou non) ne conteste le statut d’icône de groupes comme Iron Maiden. C’est une évidence aujourd’hui et on peut s’en féliciter. Non, ce n’est plus du bruit, c’est de la musique. Quant aux groupes extrêmes... Ils sont toujours extrêmes aux yeux de tous, tant mieux.


Malgré quelques anecdotiques coups d'éclat d'associations type "Provoc' Hellfest ça suffit", le Metal est nettement moins diabolisé. La façon dont les médias ont traité ce qu'on appelle aujourd'hui "l’affaire Varg" en est le parfait reflet.

Oui, M6 et d’autres chaines continueront de réaliser des reportages présentant les métalleux comme des benêts haineux et bas du front, mais ça ne changera plus grand-chose aujourd’hui. Internet a permis de considérablement développer l’autodéfense intellectuelle et même si la ménagère peut encore s’offusquer de croiser un chevelu, cela devient très clairement marginal.


Et chez les autres, c'est mieux ?


Évidemment, certains pays sont plus « rock friendly », comme les USA ou la Grande-Bretagne (sans parler du Nord de l’Europe). Mais on peut constater que ce n’est pas la folie  et qu’on ne voit pas Metallica faire une pub pour des assurances sur les chaines nationales. D’expérience, on peut vous garantir que les radios du fin fond désertique des USA diffusent beaucoup de Southern Rock, mais pas de Slayer ou Exodus  en boucle sur le RTL américain. C’est par ailleurs un pays où la population est 4 fois plus nombreuse. Il y a donc mathématiquement plus de métalleux, culture Rock ou pas... Et plus de détracteurs du Metal également.

 

Le cas des pays du nord est différent. Le Metal fait partie du folklore national, la relation est donc forcément tout autre. On retiendra tout de même un point important pour ces deux régions du globe dont on pourrait s'inspirer : Là-bas le Metal est un courant musical comme un autre, point barre.

Enfin, on peut également mettre face à ça des pays où jouer du Metal, voire porter un t-shirt de groupe, est un délit passible d'une peine de prison... Et il y en a plus d'un !

 

Il ne faut pas non plus oublier qu'il y a des initiatives louables qui émergent en France. L'Enôrme TV et son émission Une dose de Metal présentée par Stéphane BURIEZ en est le parfait exemple réussi... Et il n'y a pas qu'eux.

 

Ne pas se replier sur soi pour autant


Effectivement une marge de progression est possible (et souhaitable) en France, mais il n’y a pas de révolution à faire.


Attention, l’idée n’est pas de se replier sur soi et de faire de la sphère Metal quelque chose d’étanche où personne n’est le bienvenu, au contraire ! Mais il est inutile de vouloir du Nile dans Hit-Machine ou un reportage sur Adrenaline Mob dans « Talent tout neuf ». Restons un milieu d’initiés, il n’en sera que plus authentique. 


Enfin, le point le plus important est dans l’essence même du Metal. Sans ses aspects transgressifs et initiatiques il n’aurait clairement pas le charme qu’il a aujourd’hui. Le Metal est très bien tel qu'il l'est. Soutenons-le autant que nous le pouvons, car c'est ainsi qu'il s'est popularisé avec autant de force... Sans en faire trop.

 

le 05/05/2014
par Wilhem