Le merchandising, indispensable aux groupes ?

merchadising metal, indispensable aux groupes ?
Les maîtres du Merch' restent Kiss. Ici avec leurs Minis édition spéciale, modèles vendus aux enchères pour l'UNICEF


Le merchandising est particulièrement ancré dans la sphère Metal, qu’il s’agisse de patchs ou des indétrônables t-shirts. Tout métalleux qui se respect en a chez lui une flopée, qu’il les porte ou pas. Avec la crise du disque, ce dernier est devenu un incontournable pour les groupes, qui ne peuvent plus s’en passer. 

merchandising metal, indispensable aux groupes ?

Mieux que ça, quiconque s’intéresse un peu à ce qui se passe dans la sphère Metal ne peut que constater une explosion de ce dernier, avec des accessoires toujours plus délirants, du tapis de voiture au peignoir en passant par la sauce piquante ou encore la bouteille de Cabernet Sauvignon.
Mais si cette offre est devenue délirante concernant les grosses machines telles qu’Iron Maiden, beaucoup de groupes plus confidentiels, voire même parfois amateur, n’hésitent plus à vendre des t-shirts et autres patchs à son effigie lors de concerts.


Bien au-delà de la visibilité, derrière le merchandising se cache un réel enjeu pour les groupes, ce peu importe leur taille.

Pour les "petits groupes"

Pour les groupes qui démarrent ou à la notoriété encore réduite, deux avantages apparaissent : La communication et la ressource financière.


Pour beaucoup de groupes, c’est la vente de t-shirts et d’albums lors de concerts qui permet de financer les productions futures. Car s’il n’y a jamais eu autant de concerts Metal qu’aujourd’hui, la plupart des organisateurs ne croulent pas sous l’argent et ces scènes ne sont pas toujours (rarement en fait) un moyen de gagner de l’argent pour un groupe…

 

Par contre, écouler quelques fringues et albums au stand de merch’ n’est pas négligeable - surtout que le cash a ça de magique qu’il ne se déclare pas toujours. Mais ça c’est autre chose.


Vous avez aimé le groupe sur scène ? Alors foncez ! Car au-delà du prix très accessible (on parle de 10€ le t-shirt et pas beaucoup plus pour le disque), c’est un excellent moyen de soutenir un groupe de manière très concrète : En finançant l’album suivant… tout en ayant une nouvelle sape. Plutôt cool.

 

Acheter du merch' dans les petits concerts, c'est soutenir la scène Metal indépendante ou en devenir. Ne faites pas les radins !

Pour les gros groupes

Quand ils sont connus, c’est une source de cash non négligeable, car beaucoup plus importante.


L’album ne se vend plus, c’est une réalité que tout le monde a intégré, puisque tous ceux qui lisent en ce moment même cet article piratent les disques au lieu de les acheter (vilains garnements).


Mais ces albums généraient beaucoup d’argent pour des Metallica ou des Motörhead. Imaginons que le groupe touchait 1€ par album vendu (ce qui est proche de la réalité) et qu’il en vendait 11 millions dans le monde (comme ce fut le cas pour ReLoad)… Le calcul est vite fait !


Or, quand cette ressource disparait, il ne reste que deux choses : Les concerts et le merchandising.

merchadising metal, les skis motorhead !
Head propose des skis Motörhead !

Si le prix des places de concert avait déjà sérieusement grimpé quelques années avant l’arrivée du MP3, il faut avouer que ça n’a rien arrangé n’est-ce pas ?

 

Comme nous le disions dans l'émission de lundi dernier, un chiffre est révélateur, il provient du CNV : le prix moyen d'un billet en France (variété & musiques actuelles confondues) serait passé de 26€ en 2005 à 34€ en 2013. Je vous épargne les calculs, c’est une hausse de 30,7% droit dans les gencives du public.  


Oui, c'est choquant. Lorsqu’on gratte un peu sur les raisons de cette foudroyante augmentation, on constate que les termes       « cachet » et « gros groupe » reviennent souvent. Mais c’est un autre sujet, qu’on creusera dans un prochain article. On se contera de dire ici que tu paies sur ta place de concert l'album que tu n'achètes plus.


Le merchandising a également changé. Si les prix ont également grimpé (mais il très dur de l’évaluer objectivement), l’évolution a été plus profonde avec un réel élargissement de l’offre. Entre les guitares signatures, les sauces barbecue, les coques de smartphone et autres bouteilles de vin, le fan de Motörhead peut désormais l’être jusqu’au bout des skis !


Mais de l’utilité d’avoir un thermo logotypé au constat que 25€ pour un thermo, ça fait cher, fait que le fan n’est pas la vache à lait qu’on aimerait qu’elle soit. Toutefois, chacun a ses moments d’égarement et il arrive qu’on y passe simplement pour la beauté de l’instant (un thermo ou autre chose hein, on ne fait pas de fixette).


D’ailleurs allons sur le très officiel Metallica Online Store et regardons ce qu’on trouve derrière les fagots !

Le merch' sauvage, un classique encore très présent

Si nous avons vu plus haut des objets délirants officiellement vendus et générant des droits pour le groupe, ce n'est pas toujours le cas !

 

Cela peut sembler dingue (quoi que), mais il existe bel et bien du merchandising « sauvage » réalisé sans l’accord du groupe et sur lequel ce dernier ne touchera strictement rien. Une preuve supplémentaire du cash que peut générer ce business.

 

Or, si cela fait bien longtemps qu’on voit sur des sites de vente aux enchères des t-shirts Metallica au graphisme plus que douteux, cela touche maintenant beaucoup de groupes d’initiés à la fanbase beaucoup plus réduite, tant la rentabilité semble au rendez-vous. Oui, il faut dire que nous autres métalleux sommes particulièrement fans de merch’.  Toutefois, lorsque Haemoth nous lâche en off lors de leur passage dans nos studios qu’ils ont déjà vu sur des t-shirts présentant leur logo en basse def et en rose fluo sans qu’on demande à aucun moment leur avis… Oui, ça laisse songeur.

Pour résumer, indispensable ou pas ?

Si tu n'as jamais vu un clou casser un marteau, achète donc ce coffret archi-collector !
Si tu n'as jamais vu un clou casser un marteau, achète donc ce coffret archi-collector !

Kiss nous a montré depuis longtemps qu’il était possible de faire du merchandising sur la base de n’importe quoi (préservatifs et autres). Mais ces dernières années, la machine s’est emballée.

 

D’une part avec des produits dont le lien avec la culture Metal est de plus en plus éloigné, comme les sauces piquantes ou le tapis de voiture, mais aussi et surtout avec des prix qui parfois crèvent le plafond, pour un produit qui – mis à part le logotypage du groupe – est rarement de haute qualité… Qui a parlé de la caisse à outils Fear Factory ?

 

Bon ce n'est pas toujours de la mauvaise qualité attention et puisqu'on parle de sauces piquantes, nous avons largement vanté les mérites de la Black Label Society, qui est excellente... Mais cher. 

 



Bref. Le merchandising est en effet devenu indispensable pour les groupes.

 

  • Indispensable pour les "petits", car cela leur assure de pouvoir produire de la musique, financer un album et envoyer le bois.
  • Indispensable pour les "gros", car cela leur permet de maintenir... leur train de vie !

 

A bon entendeur...

 

par Wilhem
le 29/04/2015


D'autres articles de culture Metal bien cools :