L'équipe de Killer On The Loose était bien sûr présente pour 10ème édition du Hellfest !

 

Parce qu'il est toujours difficile de résumer un festival tel que celui-ci en dix lignes, nous vous proposons un live-report des plus complets, en plusieurs parties !

Hellfest 2015 - Le live report

Partie 4 - Les groupes du dimanche et le bilan !

DARK TRANQUILLITY (Mainstage 2) 

 

Pionnier de la scène Death Metal mélodique suédoise, Dark Tranquillity est un grand groupe sous estimé. Plus honnêtes qu’In Flames  et meilleurs que Soilwork ils méritaient une place plus tard sur la Mainstage. Il vont balancer un show excellent et malgré les petites 40 minutes qui leur sont allouées, ils vont emporter avec eux le public présent  avec leur Death classieux soutenu par un son parfait. Mention spéciale au chanteur qui réussit à chanter en voix Death et à rendre son timbre mélodique ! Un des meilleurs concerts du weekend !

HOLLYWOOD UNDEAD (mainstage 1)

 

HOLLYWOOD UNDEAD ce n’est pas moins de 6 membres qui se partagent le chant et les instruments au gré des morceaux ! Ça  tape dans tous les genres en passant par le rap, l’indus, le Metal et un peu de Punk. C’est assez hermétique au métalleux de base mais rendra dingue de bonheur les fans de Limp Bizkit grâce à leur énergie de dingue !

THE CROWN (Altar)

 

Avec un cocktail détonnant de Thrash, de Death et de Rock n’ Roll, les suédois de THE CROWN atomisent l’ALTAR en enchainant les titres avec une furie dévastatrice. C’est bon et ça défoule. On headbang comme un damné sur un gros son bien crade !

A DAY TO REMEMBER (Mainstage 1)

 

Alors on ne va pas s’éterniser sur leur prestation. C’était pénible. Le groupe balance un gloubi boulga indigeste de Metalcore portnawak. Surement le pire concert du festival.
A DAY TO REMEMBER…. A LIFE TO FORGET….   

EYEHATEGOD (Valley)

 

EYEHATEGOD nous rappelle qu’on est bien sous la valley avec son mix de stoner et de sludge. Cousins de CROWBAR et DOWN, ils balancent une musique lancinante et désespérée qui s’emballe à coups de gros riffs gras. Le son est épais et le lightshow quasi mystique nous transporte loin dans les contrées marécageuses de la Nouvelle Orléans. Très bon concert dans le genre.

ALESTORM (temple)

 

Pour résumer le concert d’ALESTORM, on a assisté à une gigantesque fête de la bière sous une Temple bondée. Ça dansait et chantait dans tous les coins. Le mélange de Metal et de folk celtique d’ALESTORM tourne à plein régime et emporte tout sur son passage. Les titres des chansons ne laissent aucune équivoque sur l’orientation des musiciens : Drink, Captain Morgan’s revenge, hangover… Bref un excellent concert à boire au son d’une musique de pirates !

CANNIBAL CORPSE (Altar)

 

les rois du Death Metal gore débarquent sur l’Altar et atomisent tout à coups de blast beats apocalyptiques. La voix de George « corpsegrinder » Fisher arrangue la foule et headbang comme un dément. Le son est quasiment parfait et les titres s’enchainent à  vitesse grand V au risque de briser la nuque de tous les headbangers présents. Au final, un concert de Death Metal brutal qui fait honneur à la réputation de Cannibal Corpse.

LIFE OF AGONY (Valley)

 

un petit tour du coté de la Valley pour assister au concert dont tout le monde parle aujourd’hui. Le chanteur Keith Caputo cristallise tous les regards et attise la curiosité. Effectivement il a changé de sexe et se fait appeler Mina Caputo. Passé l’effet de surprise (la voix n’a quasiment pas changé) on assiste à un concert qui peine à captiver tant les musiciens ont l’air absent. Une prestation moyenne que semble malgré tout apprécier le public.

SAMAEL (Temple)

 

SAMAEL délivre ce soir une prestation hypnotique. Son Black Metal électronique repousse les limites du genre et nous emporte dans un maelstrom rythmique. Le chanteur et guitariste Vorph en impose sans en faire des tonnes. Sa voix haineuse est d’une telle puissance qu’elle glace le sang. On se dit que l’intégration d’un vrai batteur renforcerait la puissance mais les percussions et les boites à rythmes donnent un coté désincarné unique à la musique de SAMAEL ! Assurément un grand concert !

IN FLAMES (Mainstage 2)

 

IN FLAMES déboule avec un son phénoménal. Les suédois assurent mais il est bien loin le temps de « pinball map ». Il ne faut que quelques minutes pour s’apercevoir qu’ils ont fait évoluer leurDeath mélodique tranchant en une espèce de deathmetalcore pour hipsters… Le concert fera carton plein, mais ça fout la nausée de voir des pionniers d’un genre retourner leur veste pour se la jouer à l’américaine. Décevant.

NOFX (WARZONE)

 

Un petit tour par la Warzone pour oublier IN FLAMES. Ce n’est pas la première fois que NOFX joue au HELLFEST et à chaque fois c’est carton plein. Comme leur nom l’indique avec ces keupons c’est no effects. Ils jouent et basta. Enfin ce n’est pas si simple que ça. Leur mélange bordélique de punk et de reggae doublé d’un humour au ras des pâquerettes fonctionne à donf. Alors ce soir on n’assistera pas au meilleur concert du festival mais surement au plus marrant.  Aidés par une surconsommation de Muscadet, ils enchainent vannes pourries sur vannes pourries… et on rit… Merci les gars !

ARCH ENEMY (Altar)

 

ARCH ENEMY c’est du lourd.  Ça joue très vite et très bien. C’est technique et mélodique. C’est puissant et agressif. La jeune chanteuse canadienne (qui nous parlera en français) est sublime et attire tous les regards. Sa voix caverneuse et haineuse fait froid dans le dos et tranche avec son physique de mannequin ! Les tubes s’enchainent avec une mention spéciale à « war eternal » et « we will rise ». Un des moments forts de la journée.

IN EXTREMO (Temple)

 

C’est avec plaisir et sourire qu’on assiste à un concert d’IN EXTREMO. Les rythmes Heavy Metal des teutons se mélangent aux sonorités celtiques à base de flutes et de cornemuses. On tape du pied au son de ce Metal médiéval. Sa grande force est aussi sa limite, c’est que leur musique est répétitive. Un groupe qui s’apprécie à petites doses sous peine d’indigestion.

NIGHTWISH (Mainstage 2)

 

NIGHTWISH clôture cette édition du HELLFEST 2015 et nous livre un show de haute volée. Le son est phénoménal. La chanteuse Floor Janssen est une sublime amazone qui attire autant le regard pour ses courbes que pour sa voix envoutante. Un bien belle manière de terminer un festival.

Bilan de la 3eme journée :

 

  • Des valeurs sûres : NIGHTWISH, ARCH ENEMY
  • Une déception : IN FLAMES
  • Un coup de cœur : DARK TRANQUILLITY
  • Le plus mauvais concert du fest : A DAY TO REMEMBER

 

Hellfest 2015 : Le grand bilan !


Pour fêter dignement leurs 10 ans d’existence Ben Barbaud et son staff viennent de balancer un grand coup de santiag (ou de rangers ! c'est selon..) dans l’arrière train de la plupart des festivals.


Fidèle du Hellfest depuis 6 ans il y a eut autant de nouveautés et d’améliorations en 1 an qu'en 6 !


Les écrans , les scènes , le high tech , la déco, sans parler du gazon et des allées ! Des bars à profusion, des points d'eau. bref le Hellfest est à l'écoute des festivaliers et on sent que même si les questions d'argent sont importantes (billets,restauration,cachets des groupes...) la satisfaction des métalleux
restent la préoccupation première des organisateurs, ce qui à mes yeux est le plus important (fait par des fans pour des fans) !


Mais attention de ne pas succomber à la tentation et de revenir à ce qui fait  du Hellfest sa particularité en France : la musique !


La plupart des gros groupes ont été décevant : ZZ Top, Motorhead, Scorpions, Judas Priest, Marilyn Manson... à méditer ! 


La grande force du Hellfest est de proposer des genres et sous genres du Metal très peu représentés en France voire en Europe. Quel plaisir de découvrir des groupes sur les scènes en dehors des Mainstages ! Le Hellfest est un découvreur de talent, attention de ne pas  tomber  pas dans la facilité comme un Wacken qui sous prétexte d’être sold-out rapidement (ce qui devrait aussi être le cas pour le Hellfest) se borne à faire jouer encore et toujours les même groupes...

Profitez de l'élan de cette édition 2015 et plutôt que de programmer des groupes vieillissants en roue libre (!) faites encore plus de place aux jeunes et aux groupes Français. 


Autre soucis : la fameuse pelouse entretient le problème des sitting et autres campeur. Peut-être faut-il s'inspirer du Wacken qui a interdit les chaises de camping (alors je sais, il est interdit d'interdire ...) et comme le dit Mass, si tu n'es pas capable de faire un concert debout, change de musique !

 

Allez, au diable les jérémiades, cet anniversaire à été dignement fêté (merci pour ce grand moment d’émotion pendant le feu d'artifice!) et même si musicalement je suis resté quelque peu sur ma faim, cette 10éme édition restera pour ma part un très grand crû et encore un grand bravo à toute l'organisation du Hellfest sans oubliez les bénévoles et habitants de Clisson qui, comme l'aime à le répéter ce cher Ben Barbaud, contribuent largement au succès et à la formidable ambiance  de ce  festival.


See you next year !


par Éric
Le 06/07/2015