HELLFEST 2014 - Le Live Report

 

L'équipe de Killer On The Loose était bien évidemment présente sur cette édition 2014 du Hellfest. Une édition chargée en groupes de renom et en métalleux prêts à les soutenir.

 

Voici notre live-report en 4 parties de cette édition 2014

du festival de l'enfer !

 


Partie IV - Les groupes du dimanche 22 juin 2014 & Bilan !


 

Le dimanche fut une journée plus légère en concerts pour l'équipe. Entre les interviews de groupes réalisées (à venir sur ce site) et la conférence de presse de Ben Barbaud (résumée dans l'émission spéciale), des artistes ont joué sans nous... Mais pas tous ! 

 

 

AZZIARD - Temple - 10h30

 

Les Parisiens d'Azziard ont ouvert le feu tôt le matin avec leur Black/death bien senti. Peu de monde présent au début, mais leur musique inspirée de la seconde guerre mondiale va attirer les curieux qui termineront leur set devant un public assez nombreux. Une prestation martiale collant tout à fait à leur univers. Un bémol ? On aurait aimé avoir un peu plus de guitare dans le son.

 

Nous avons profité de leur présence au Hellfest pour une petite interview, bientôt dispo sur le site !

 

Wilhem

 

CROWBAR - Mainstage 1 - 13 h 35

Y'a comme une odeur de sauce barbecue à Clisson car voici un des groupes que je voulais voir ce dimanche, Crowbar, le combo venu tout droit de la nouvelle Orléans est venu présenter son nouvel album, le terrible "Symmetry  in Black".

Le sludge du groupe passe terriblement bien l'épreuve du live. C'est lourd, groovy, Heavy avec des passages Hardcore qui font leur petit effet.
Le son est terrible et les titres récents comme plus anciens passent comme une lettre à la poste (quand il n'y a pas grève).

Le père Kirk Windstein a un charisme fou et ça le fait grave, une claque énorme pour ma part.

Cannib’

 

SKYCLAD – Temple – 16H00

Il faut savoir que Skyclad ne joue jamais en France, le public n’a donc pas loupé ce RDV.


Ça surprend de voir des guitares acoustiques et un violon sous la Temple après INCANTATION, ce groupe aurait peut-être pu jouer sur une Mainstage. Skyclad a joué beaucoup de morceaux des albums «  Irrational Anthems » et The Silent Whales of Lunar Sea », avec un son très faible, peut bien même le moins fort du Hellfest, en effet il fallait s’approcher jusqu'à la moitié de la fosse pour bien entendre.

 

Yann

LAST RESORT - War Zone - 16 h 55

Place maintenant aux vétéranx du Punk Oî Anglais LAST RESORT
Un concert bourré de classique, il faut dire que ça fait déjà un bail que le groupe existe, les Boys en ont encore sous les docs et ce n’est pas Micky french qui dira le contraire.
En effet le frontman gardera le sourire au levre tout le long du set,  c'est qu'il n'est plus tout jeune le père, il a bien vécu.

En tout cas un excellent concert ; bonne ambiance, du oï oï en veux tu en voilà, énorme.

Cannib’

MAD SIN  - War zone - 18 h 45

Maintenant place au Psychobilly des Allemands de MAD SIN, le groupe qui existe depuis 27 ans va mettre le feu, notamment grâce au chanteur Big Deville qui malgré sont surpoids, je pense qu'il doit avoisiner les 120 kgs, bouge bien sur la petite scène qu'est la Warzone, les autres musiciens n'en sont pas en reste, comme le contrebasse  " Vale ", qui  se fait plaisir avec un p'tit slam avec sont instrument orné d'un feu de Bengale au bout, nous avons aussi droit à un lancé de confettis, un pilotage d'un drone en direct

Concert festif qui te donne la banane, c'est le cas de le dire vu la coupe de cheveux des zicos.

Qu'est ce que c'est bon !

Cannib’

 

BEHEMOTH – Mainstage - 19H50

 

En plein cagnard, Nergal arrive avec une capuche sur la tête, des pattes de poulets en collier et un corpse paint qui ne coule pas, Behemoth séchera tout le monde !

L’un des meilleurs son du Hellfest 2014 avec Slayer, ils sont carrés et blast sans arrêt avec par exemple le morceau «  Conquer All » de l’album Demigod qui mettra tout le monde d’accord, ainsi que le célèbre morceau « Ezkaton ».

Il y a une batterie en flamme, des confettis noirs qui sont projetés dans le public, du sang sur leur visage et même des pogos dans la fosse qui est rare devant Behemoth.  (FIN DE PHRASE INCOMPREHENSIBLE)

Ils reviendront après 1 rappel pour jouer 2 morceaux qui assommeront tous les kids.

 

Yann

 

Emperor - Mainstage 2 - 22h00

 

C’est le groupe qui nous avait fait prendre nos préventes dès qu'il a été annoncé.

Personnellement j'ai découvert Emperor il n'y a pas si longtemps, et je me suis cantonné aux albums « Anthems to the Welkins at dusk » et « In the Nighside Eclipse ».

J'avoue avoir beaucoup plus trippé sur Anthems, je ne m'étais donc pas trop concentré sur In the Nightside Eclipse. Bref, j'attendais de voir ce que ça donnait en live. Comme avez pu le comprendre, je n'avais pas de raison particulière affective d’adorer ce concert, il fallait vraiment que ce soit bon.

Et bien pari tenu, c'était exceptionnel. LA CLAQUE. En vrac, je retiens la froideur de Faust à la batterie qui était d'une précision chirurgicale (et pour faire du chirurgical au marteau pilon, il faut du talent), la présence incroyable d'Ihsahn, les quelques coups de voix de Samoth. Le seul truc un peu décalé à mon sens était le clavier, un des membres de Leprous.

Le public était aux petits oignons aussi (d'un autre côté il y avait du fan, il n'y a qu'à voir le nombre de t-shirts Emperor cette journée), c'était magnifique d'entendre le public reprendre en chantant les nappes de synthé.

Mais le plus impressionnant je crois, c'était la qualité du rendu sonore, nettement supérieure à la version album. J'avoue que si un Live de leur tournée anniversaire des 20 ans devient disponible, ça sera craquage direct.

 

 

Viktor

 

FLOGGING MOLLY - Warzone - 22 h 55

Un petit peu de punk celtique ça fait du bien et le groupe sait y faire. FLOGGING MOLLY est en quelques sortes un petit frère des Dropkick Murphys. La musique du groupe nous fait danser malgré la fatigue accumulée, et c'est franchement un gros bordel, grosse ambiance, grosse envolée de poussière, le bassiste mettra même un foulard sur son nez
Le set est bourré d'hymnes incitant à boire des canons, pourtant ceux ne sont pas des Irlandais mais des Américains.
Il y a énormément de monde devant la Warzone, preuve que le groupe a su se forger une bonne réputation et comme remerciement nous avons même droit à un lancé de canettes de bière, Guiness il me semble.

Encore un bon moment festif passé.

Cannib’

OPETH - Altar - 1 h 05


Dernier concert pour ce cru 2014, concert que je suis de l’extérieur de la Altar
Mikael Akerfeldt et ses accolytes sont là pour nous finir, et je me laisse bercer par ce groupe assez spé dans l'ensemble, le métal progressif, ça calme tout le monde.
Un dernier concert plus que sympa.

Cannib’

Black Sabbath - Mainstage 02

Voici un groupe qui n'était pas le plus attendu. Effectivement, le Prince of Darkness ayant déjà joué à plusieurs reprises au Hellfest, certains ont du mélanger un peu Ozzy, Ozzy and Friends et Black Sabb'.

 

C'est toutefois devant une foule conséquente que le groupe monte sur scène pour une prestation nocturne intéressante.

 

Pourquoi intéressante et pas incroyable ? Formidable ? Magique ?

 

Pour une raison simple : Le chant.

 

Dès le premier titre, Ozzy peine largement à chanter correctement. Sa voix est brisée, fatiguée, la moindre note semble la pousser dans ses derniers retranchements. C'est la douche froide à ce niveau.

 

Pas évident de plonger dans l'ambiance d'un groupe mythique, un vrai, lorsque la voix n'est pas au rendez-vous. On en fait donc rapidement le deuil, pour se concentrer sur l'instru.

 

Une instru impeccable, au son excellent, sans un pain, sans une erreur. Le groupe est parfaitement carré et offre à chacun une prestation musicale trè satisfaisante, qui compense en partie le chant d'Ozzy Osbourne.

 

Toutefois, il va y avoir des déçus et la foule va commencer à se disperser dès la première moitié du set, là où personne ne bougeait durant le show d'Aerosmith.

 

Décevant ? un peu, mais on est toutefois heureux d'avir vu ce groupe, dont la prestation laisse penser qu'il n'y aura pas 50 concerts en France à venir...

 

Wilhem

HF 2014 - Le bilan !

 

Que retenir ce Hellfest 2014 ?

 

Tout d'abord que le pari est gagné. Le staff nous a offert à la fois d'excellents concerts, avec un son très satisfaisant et un timing quasi parfait (5 minutes de retard sera le maximum sur ces 3 jours en terme de retard).

 

Il devait être certainement très délicat de faire face à un site complet, avec toutes ses infrastructures frôlant la rupture (eau, douches, merch', jetons, etc.). Pourtant la machine Hellfest a tenu bon durant ces 3 jours. Pas de casse particulière à déplorer, à part quelques blessés léger et une ou deux belles frayeurs pour certains. Mais 40 000 personnes rassemblées dans un même enroit génèrent forcément un peu de casse et on ne peut que se féliciter qu'il y en ai eu si peu.

 

La barre est très haute ici, autant pour les festivals Metal concurrents que pour le Hellfest lui-même lors de ses prochaines éditions. Peut-on sur-enchérir chaque année ? Proposer à chaque fois plus grand, plus gros, meilleur ? C'est la question que se pose à juste titre Ben Barbaud (et dont nous avons parlé lors de notre émission spéciale).

 

Nous sommes face à ce qui est devenu [à juste titre] un pilier de la culture Metal en France. Qui n'est pas allé au Hellfest dans la vie de chevelu passe réellement à côté de quelque chose, une aventure Metallique à la fois magique, bon enfant et vraiment représentative de la culture Metal en France.

 

Qu'on se le dise, le Hellfest est plus que jamais le pélerinage annuel du Metal !