Festivals Metal : La nouvelle donne de 2016


Après une guerre des fests en 2013 qui fit un blessé grave, le Sonisphere d’Amneville – mort sur la table d’opération l’année suivante - Les choses semblaient s’être stabilisées dans le paysage Metal… jusqu’à cette année 2016.  Il y a donc à nouveau du mouvement dans les fest Metal !

 

Alors que la nouvelle annonce de programmation du Dowload Français se fait curieusement attendre, balayons-ça ensemble.

Hellfest, grand patron

Hellfest 2016 - Affiche
La 11ème édition du HF, du 17 au 19 juin 2016

Le Hellfest a soufflé ses 10 bougies avec une édition remarquable, c’est fait. En ce laps de temps, il a su largement s’imposer comme le plus gros festival du genre en France et le deuxième plus gros festival musical de l’hexagone, tous styles confondus.

 

Son challenger n’étant plus, il règne désormais en maitre.


Un succès mérité tant les fausses notes, sur cette décennie de Metal à Clisson, furent peu nombreuses. Une montée en puissance progressive et des affiches de qualité ne peuvent démontrer qu’une chose : Chacune de ses éditions – hors météo – furent un réel moment de plaisir pour le public.


L’édition 2016 est attendue avec cette grande question : L’équipe pourrait-elle faire mieux qu’en 2015 ?


Il est vrai que nous avons atteint des sommets avec cette édition anniversaire. Mais lorsqu’on leur pose la question, le staff est parfaitement conscient de cela. De plus, il n’est pas nécessaire de faire désespérément « mieux ». Faire « aussi bien » sera tout autant satisfaisant, tant on a frôlé l’irréprochable l'année dernière pour une telle manifestation.


Paradoxalement, c’est son extrême popularité qui permettra aux autres festivals de perdurer. En effet, avec des pass 3 jours sold-out 9 mois avant la date, les autres initiatives peuvent voir une flopée de métalleux se rabattre vers eux. De même, le positionnement de machine de guerre du Hellfest, avec plus de 50 000 personnes par jour sur le site, peut en rebuter certains : L’adage du « c’était mieux avant » commençant doucement à se faire entendre lorsqu’on échange sur la manifestation Clissonnaise.


Heureusement pour ces derniers, il y a des solutions toutes trouvées avec les festivals de plus petite taille.

Le Motocultor, la tête de pont des « plus petits »

Motocultor 2016
Le Motocultor 2016, du 19 au 21 Août

Le Motocultor Festival est très populaire pour son « authenticité ». Il faut Comprendre par là sa jauge de public moins élevée et centrée à 100% sur la musique. Pas de grande roue, ni de villages partenaires démesuré, les festivals de cet acabit sont effectivement loins d’être dépourvus d’arguments pour qui l'aspect "Dineslaynd du Metal" n'est pas un atout. 

 

On y trouve tout ce qui fait un bon festival : Une programmation solide, une logistique bien huilée, une ambiance conviviale, un site sympa. Mais leur échelle un peu plus réduite (toute proportion gardée) offre une expérience différente aux festivaliers.

 

Un peu plus loin des paillettes et strass que peuvent offrir le Hellfest – qui ont tout à fait leur charme -  on est face à quelque chose de plus simple et de plus centré sur les concerts en eux-mêmes. Ces derniers peuvent donc tout à fait coexister avec de plus grosses machines.


Malheureusement, le Motocultor fait face à des difficultés financières qui mettent le festival en péril. L’édition 2016 est forte en enjeux et je ne vois pas un seul chevelu capable d’accepter sa disparition. Il faut donc se mobiliser et les soutenir en se faisant le fest fin août... Ce qui laisse tout à fait le temps de se remettre du Hellfest !

Le Fall of Summer, gagnant dès la première édition

Fall of Summer 2016
Le Fall of Summer 2016, les 2 & 3 septembre

 

Parmi les festivals proposant un positionnement précis, le Fall Of Summer est tout à fait représentatif.

 

Un départ tardif, début septembre, leur permets de ne pas réellement entrer en concurrence avec les autres fests, ayant principalement lieu durant l'été. De même, la programmation étant moins éclectique qu'ailleurs, le public n'est pas réellement le même que pour un Hellfest par exemple.

 

Après une seconde édition couronnée de succès en 2015, il est désormais impossible de compter sans eux pour les années à venir, l’édition 2016 étant comme chacun le sait confirmée pour les 2 & 3 septembre. 

Le Download, le challenger Parisien du Hellfest.

Dowload 2016 - Paris
Le Download 2016, du 10 au 12 juin 2016

L’arrivée du Download pour une première édition en 2016 a fait grand bruit, ce à juste titre. Un festival Metal de grande ampleur sur la capitale, plutôt cool !

 

Organisé par Live-Nation, structure américaine monstrueuse (dans le sens grande) et cotée en bourse, il est l'anti-thèse du Hellfest, 100% indépendant.

 

Sa grande force aujourd’hui est bien évidemment son cash, non pardon, son site : L’hippodrome de Longchamp. Être à Paris facilite grandement les choses… Pour les parisiens déjà, qui pourront ainsi aller en fest sans avoir à franchir la terrible barrière psychologique du périph’, mais aussi pour tous, car aller à Paris est beaucoup plus simple que d’aller à Clisson, réseaux ferrés aidant.


Mais faire un festival à Paris à un coût… Qui sera répercuté directement sur le festivalier. Pass à 148,50€ pour une trentaine de groupes qui devraient être programmés (contre 140 pour le Hellfest), camping payant à 20€, difficulté d’accès en voiture, etc. Tout autant de facteurs à prendre en considération lorsqu’on vient de loin et un rapport quantité/prix sacrément plus élevé….


Toutefois, la programmation semble déjà beaucoup plus orientée Metal que celle de l’édition anglaise 2015 qui était très Rock alternatif, ce qui est une bonne nouvelle. De même on retrouve des artistes percutants qu'on aura plaisir à voir avoiner sur scène. 


Enfin, la date du festival, une semaine avant le Hellfest, annonce une confrontation directe des deux mastodontes et il y a fort à parier que les comparaisons vont être nombreuses.

 

Une nouvelle annonce concernant la programmation devait avoir lieu mi-janvier. A l'heure ou on écrit ces lignes, toujours pas de nouvelles. Le signe d'une tête d'affiche énorme en perspective ? Peut-être.


Toutefois, le fait que le Hellfest soit déjà sold-out montre qu’il y a peut-être de la place pour les deux, comme le disait le staff du HF au sujet du Sonisphere Festival à l’époque. Il serait d’ailleurs dommage que chacun n’arrive pas à s’entendre à ce niveau.

L’avenir des festivals Metal sera-t-il dans leur positionnement ?

Effectivement on peut se poser la question. Si quelques Festivals tels que le Hellfest ou le Motocultor se positionnent comme assez « généralistes » et touchant à tous les styles Metal, on aperçoit à droite et à gauche des initiatives beaucoup plus ciblées. Le Fall of Summer à nouveau, à clairement donné la part belle aux groupes des 90s. On imagine assez bien des festivals spécialisés à une échelle similaire, comme à l’étranger – et il y en a déjà.

 

Les prochains festivals Metal cherchant à se faire un trou peuvent donc se spécialiser, de manière à attirer une foule de métalleux pointus et heureux de trouver un événement d'envergure centré sur ces-groupes-qui-n'ont-fait-qu'un-EP-en-dix-ans-mais-qui-sont-le-fleuron-du-néo-Black-Metal-Pescétarien.  


Le financement, la future limite ?


Les sources de financement des festivals sont assez variées. Si le prix de l’entrée est la première source de revenus, il y a des financements parallèles tels que le sponsoring, les partenariats ou les subventions, sans lesquels rien ne pourrait avoir lieu.


Dans un contexte économique difficile, avec un état réduisant les budgets dans la culture, des entreprises au Chiffre d’Affaire en chute et des festivaliers au budget de plus en plus serré… L’avenir reste incertain. En effet, le prix des festivals a toujours été un sujet sensible pour le public, pestant contre un billet trop élevé... à tord ou à raison (de plus en plus à raison). 

 

Malheureusement, la tension régnant sur les budgets des festivals - avec des groupes toujours plus gourmands et une législation relative aux événements et aux ERP engendrant des frais colossaux - ne risque pas d’arranger les choses dans l’avenir et le festival pourrait bien devenir quelque chose réservé aux chevelus ayant des revenus plus confortables… Voire aux  norm’s post-Bobos cherchant à se faire peur… ce qui serait le pire des scénarios, on est d'accord. 


Mais bon, tout ceci n’est qu’hypothèse et rien n’est moins sûr. Le monde change vite et le Metal – en France - a toujours su faire sans argent, c’est dans son ADN.


Nous pouvons donc cette année encore nous féliciter de cette flopée d’événements Metal à venir. Que chacun pioche dans cette offre de festivals Metal à portée et aux programmations généreuses… Pour s’éclater cet été !

 

par Wilhem

Le 19/01/2016


Le papy-boom dans le Metal
Webzines Metal, lesquels lire et pourquoi ?