Anselmo Gate : Assez !

L’Anselmo Gate prend des proportions délirantes !

 

Alors qu’il n’y a pas si longtemps que ça, les frasques de Phil Anselmo au Dimebash d'Hollywood n’auraient été qu’une anecdote rapidement oubliée, il semble qu’en 2016, tout soit bon pour tirer profit d’une situation. L’idée n’est pas débattre sur la liberté d’expression, l’extrémisme ou tout autre sujet vidé de sa substance depuis longtemps, mais de lire un peu entre les lignes.

Rappel des faits

Les voici les faits : Phil Anselmo a fait son… Phil Anselmo !

 

Effectivement, c’est limite. Archi-limite même ! Mais la réaction du public (dans la salle puis) sur Internet et la claque derrière la tête que Rob Flynn lui a collé en vidéo (à lui et à tous ceux qui prendraient la chose à la légère) auraient dû suffire pour boucler le dossier. Effectivement les premières explications de Phil sur une « private-joke » sont foireuses, mais ses plates excuses qui ont suivies sont sincères et auraient dû clore l’affaire.


Penses-tu…


Qu’aux USA cela fasse de remous, on peut le comprendre. Les américains ne sont pas franchement connus pour leur subtilité et il est vrai que s'il est possible de l’ouvrir plus grand que chez nous, il est également possible de le payer plus cher ensuite. L’annulation du concert du 08 février à la Nouvelle-Orléans peut donc culturellement s’expliquer, même si on peut trouver ça un peu dur.


Par contre, la récupération dont cette affaire fait l’objet en France, s'explique beaucoup moins.

La réaction de Rob Flynn, pas dépourvue d'arguments

 

 

Les excuses de Phil

L'effet papillon

Le Hellfest a ses détracteurs. Ils ne sont pas nombreux et ce sont toujours les mêmes depuis des années. Ces derniers ont ici trouvé une nouvelle (petite) brèche dans laquelle se jeter à corps perdu. Il semblerait que la fin justifie tous les moyens.


En Bref : Sommation de déprogrammer Down de l’affiche 2016 du festival Clissonnais.


Le fait que personne n’ai demandé quoi que soit au Download parisien (qui les programme également) montre bien que le sujet n’est pas le groupe ou Phil Anselmo lui-même, mais bien le Hellfest qu’on ne veut pas voir debout.


La réponse de Ben Barbaud est évidente et très claire : Non. Il ne pourrait en être autrement d’ailleurs. D'une part parce que ce dernier n'est pas du genre à se laisser marcher dessus, mais aussi et surtout parce que le Metal a toujours nagé à contre-courant. Il a toujours eu ses détracteurs et en a vu beaucoup d’autres.

 

Comme si nous allions plier aujourd’hui. Allons…


Mais comme en face tout semble bon pour atteindre ses objectifs, la région Pays de la Loire profite de ce qui ne relève que la simple anecdote pour supprimer ses subventions accordées au festival.

20 000€, une goutte d’eau dans le budget du Hellfest. Mais cela en dit tout de même long sur ce qui est en train de se passer : Tirer parti de toute situation pour mener à bien ses objectifs.

 

Le problème, c’est qu’au milieu de tout cela il y a Phil Anselmo, qui se retrouve responsable d’un effet papillon assez impressionnant : D’un dérapage alcoolisé lors d’une fin de concert aux USA, on retrouve Ben Barbaud sur BFM TV et France info, en plein bras de fer avec sa Région !

 

 

La proposition de Phil de quitter Down (ce qui aurait tué le groupe, soyons clair) montre la gène du chanteur face à une situation qui le dépasse largement.


Oui, l’incitation à la haine raciale et/ou religieuse c’est mal. Le salut nazi c'est très mal aussi. Et quiconque prendra parti pour le Hellfest ou Phil Anselmo se prendra ces arguments droit dans la tronche. Toutefois, ce n’est pas là que se situe le sujet. Ce n’est qu’une façon de mener à bien des projets de plus longue date :

 

  • L’annulation du Hellfest, réclamée depuis près de 10 ans, 
  • La suppression des subventions accordées à celui-ci, sujet déjà en suspend durant les dernières élections régionales.


Dans tout ce fourbi, les prises de position se suivent, avec cette fois-ci une interview du maire de Clisson, qui renouvelle son soutien au festival et c’est tant mieux. Mais tout ce ceci est déjà allé beaucoup  trop loin.  Que le Hellfest soit obligé de publier un communiqué officiel laisse tout de même dubitatif quand aux raisons de ces attaques sur le fest.

 

Il faut être très clair : Phil Anselmo aurait mieux fait de se péter une jambe ce soir là. Et comme le dis Rob Flynn dans sa vidéo, si ça avait été Lars Ulrich, des têtes seraient tombées. Mais qu'on soit choqué par son dérapage ou pas, il est important de faire front, car la polémique actuelle n'a plus rien à voir avec ça. Il ne s'agit plus maintenant que d'une récupération visant à servir des intérêts très différents. Il est donc plus que temps que cet Anselmo Gate prenne fin et que chacun reprenne une activité normale !


Par Wilhem
le 10/02/2016